Poussières de lune.

Capture flute

Le matin se réveille parfois avec des idées fraîches
Une note par ci un silence par là vite tu te dépêches
D’inscrire au registre du présent les nouvelles espèces
D’oiseaux si prompts à disparaitre pour célébrer d’autres messes

Des milliers de cueilleurs de sons sauraient sans doute les disposer
Dans l’ordre parfait plus finement que tu ne pourrais le supposer
Avec tes tout petits bagages cousus main les toutes petites cages
Où tu déposes des collections au hasard comme dans un livre d’image

Mais ton tricot d’argent avance maille après maille il prend forme
Et ses reflets brillants sont une nuit d’étoiles pour ceux qui dorment
Pendant que tu rêves ta vie où le sommeil est une part manquante
Tu extrais de tes insomnies des poussières de lune qui décantent

Cet article, publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s