Un coup pour rien.

Il me fallut longtemps avant de comprendre ses allusions perfides
Longtemps avant d’en saisir le caractère et les sonorités acides
Longtemps avant de laisser monter jusqu’à des ailleurs partis
Les propos désolants ne générant aucune souffrance aucun crédit
C’est pourquoi sans arrière pensée au compliment j’ai dit merci
Puis la voyant patauger dans sa mare sans fond j’ai enfin saisi
La moquerie comme une marée qui monte à intervalles bien définis
Mais c’est plus fort que moi maintenant chaque fois je l’oublie

Pesant de tout mon poids sur mon bonheur ancré dans la chance
De ces liens qui nous unissent contre vents marées et déshérences
Ma moitié soudain rajoutant du grotesque à la désobligeance
Assomme d’un degré supérieur l’étrange volubile à coup d’intelligence
La passe est rapide la bêtise débusquée et consumée sur place
Mon allié est fin engage son humour et tourne le miroir vers l’autre face
J’examine sans indulgence mon compteur d’angoisses et d’incertitudes
Rien n’a bougé tout nage dans le calme vertueux des belles habitudes

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s