A Noël qui s’approchait j’ai dis ralentis un peu le pas
Je ne suis pas encore prête à te serrer dans mes bras
Mes chevilles sur quelques cailloux avaient chaviré
Des larmes froides de cimetière creusaient  mes joues ridées 

J’ai dis au temps qui passe ne soit pas si ponctuel
Tu n’es qu’une invention des hommes ton existence est virtuelle
Mais je sentais mon poids bien léger dans son écuelle
Le rendez-vous fixé avait des allures contractuelles 

Alors j’énumérais en silence la longue liste des privilèges
L’abondance la paix les lumières l’amour de mon collège
Et je regardais ma chance droit dans ses yeux étoilés
Et je cessais  les plaintes  laissant ses mystères se dévoiler

Cet article, publié dans CHAGRINS PARTAGES, Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s