Par le voyage.

010

Par le voyage où se perd notre identité
Pour épouser l’autre dans sa majesté
Dans sa nourriture dans son histoire
Dans le froid de sa peau dans le chaud de son cœur
Dans le mot étranger qui se pose comme une fleur
Et qui se comprend dans ce que le regard donne à voir
Par le trajet long et complexe qui te conduit en train
Sur deux rails bien parallèles tracés jusqu’à l’infini
Depuis l’avion qui t’a posée le métro qui t’a cueillie
Depuis l’étranger qui te sourit sur le chemin
Éclairé par le même soleil qui t’éblouit là ou ici
Par la nuit qui se pose en plein après-midi
Tu es venue témoigner de l’existence d’un ailleurs
Partager une part de tristesse qui s’affiche avec pudeur
Braver dans des lumières des peurs irraisonnées
Désaltérer ton âme avec de profondes vérités

Cet article, publié dans AILLEURS, Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s