Euphonia 2344

Sur la pointe des pieds dans un univers en lévitation
Un immense mobile de mots vole
Je l’imagine paroles en couleur comme une partition
A chaque mot des ballons voyageurs prennent leur envol

Le chœur est un peuple entier qui chante sa vie
Autour d’un mélodrame très vengeur des états d’âmes
D’un cœur tourmenté volcanique et souvent plein de larmes
Et qui règle ses comptes à coup de plume à coup de cris

La musique raconte la beauté encercle la laideur
Elle souligne les perfidies d’un coup de trait vengeur
Rappelant au son des cloches avec fierté sa filiation
Avec une douce liberté il n’y a point d’aliénation

Alors public voyageur tu te laisses emporter
Pour aller vers la fête de Gluck dans la curieuse Euphonia
Son accueil te promet un sommet de la xenia
Et tant que dure le rêve il est sans impureté 

Décalage d’univers rêves accomplis
Un parfum de nuit d’été sourit
Ce soir je lève mon verre à ta grande folie
Et dans ton sillage à tous ces féconds génies

Cet article, publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s