Depuis que mes lèvres…

Depuis que mes lèvres se collent en longs baisers
Sur ta bouche de métal tendre et obstinée
Le mélange de nos âmes hallucinées
S’est conclu de bien étrange manière
Tu m’as trainée sur des chemins bordés d’ornières
Et dans des lieux de rencontres échevelées
En des jours ou des heures sans commune raison
J’ai avalé des couleuvres ou chanté comme un pinson
Des langueurs silencieuses aux plus belles vibrations
D’échecs cuisants aux monstrueux parfums d’obligations
A des rêves puissants fugitifs ou chargés d’émotions
Mais toujours à la maison lorsque les oreilles se taisent
Et que tu couches en ton étui paraitre est hors de question
En des rivages secrets nous nous tenons loin des fadaises
Là est l’accès à la source du vrai langage fin et précieux
Taillé à mille facettes brillantes bordées de recueils silencieux
Là est le travail souterrain la construction du monde
Le petit bout qui sort de nos rencontres n’en est qu’une onde
Là se collectionnent les erreurs formatrices
Les petits pas mal assurés qui forment la matrice
Les larmes de rage les réactions disproportionnées
Et bulle après bulle tu apprivoises mes efforts étonnés
Tu récompenses mon travail par plus de sérénité
T’incrustant tranquillement dans mon identité

Cet article, publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s