Escale en journée folle.

Il se passe quelque chose
A chaque coin d’une horloge aux aguets
Chaque seconde enfle gonfle et explose
En cascades de contes acidulés
Aux rendez-vous successifs se tissent
Des nuances graves ou acidulées
Des nuages de notes évaporées
Dans les courtes nuits de solstice
Il y a de la musique de la danse des chants
Des amis qui jouent dans les champs 

Le petit déjeuner est servi dans les reflets
Blancs et noirs d’un Steinway qui ronronne
Murmures aux couleurs familières son aimé
Tant de jours me séparent d’une amitié qui résonne
Sur des fils tendus de façon totalement similaire
Mais la nostalgie douce n’est que passagère
Nous sommes en amitié posés par grande chance
Autour de ceux qui sont semblables à nous
La journée flûtée est propice aux cadences
Et les sols lissés prennent soins d’effacer les cailloux

Cet article, publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s