L’autocensure a mis quelques blancs sur la figure
De mots qui dérangent de pensées  délirantes
Colère étouffée dans l’œuf et sans grande envergure
A quoi bon vociférer d’une écriture inélégante 

A quoi bon remuer la cuillère du verre d’eau chaude
Se brûler les ailes sur des crocs chauffés à blanc
Je crois que je t’ai connue beaucoup plus finaude
Capable de mener ta cible jusqu’au bout du néant

Continue ton chemin sans trop penser au mal
Qui ronge les entrailles des relations sans fondement
Dirige tes focales sur les vérités en courbes optimales
Elles sont précieuses fidèles et réconfortent grandement

Il n’y a aucune priorité à redéfinir tous les choix sont fait
Aucune mesure à choisir tout est déjà si bien pesé
Quelle chance d’en posséder une si grande variété
Quelle chance d’avoir accès à de si belles amitiés

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s