Fatigue passagère.

Un carcan de fatigue s’est emparé de mon terrain
Rien ne le fait céder ni le repos programmé
Ni la musique enchantée ni les toutes belles amitiés
Ni la fête qui se profile ni les rêves de grand chemin

Un casque lourd entoure les pensées créatives
La tâche est énorme de rester productive
Mais jamais rien ni personne n’arrête la volonté
De fer tout obstacle est bon à surmonter

Demain matin peut-être l’obscur virus étiolé
Rejoindra le rang des microbes vitriolés
Et je pourrais retourner à mon allure fantastique
Jongler avec mes emplois du temps acrobatiques

Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s