Sans variation.

J’aurais pu aller marcher dans les Chambaran
M’enivrer du soleil du grand air et du vent
Mais j’avais un jardin de notes à cultiver
Quelques brassées de croches qui me souriaient
Et la musique n’était pas que dans ma tête
Il y avait tout autour de quoi faire une fête
Une Sagesse synthétique sans présence et sans doigt
Pour me donner la réplique sans compter jusqu’à trois
Mais j’avais quand même envie de rire parfois
En cheminant sur ce son beaucoup trop droit
Donnant chaque fois la même chose avec obstination
Ne caressant jamais l’ombre d’une proposition
Alors j’ai progressé sans écart dans la maigre intention
Rêvant d’une autre présence et de toutes ses versions
Améliorant la vitesse comblant les hésitations
Dans la promesse fructueuse d’un rencontre avec variations

Cet article, publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s