Une valse.

005
J’ai écris une valse que j’avais gardée par devers moi
Un moment unique et précieux à découvrir ensemble
Je n’ai rien inventé avant et après il me semble
C’est un petit bout de mon âme un concentré de ma joie 

Un morceau si simple et si compliqué à la fois
Nous butons sur de petites trappes minuscules
Ralentissons le tempo installons quelques virgules
Un aspect de l’esprit commence à en sortir toutefois 

Sagesse il se passe tant de choses sous tes doigts
Tu dessines dans l’air tant et plus qu’une voix
La mélodie se pose fine et délicate sur un tapis de choix
Tout se dispose toujours comme il se doit 

Tu repars dans ta montagne me laissant orpheline
Le chant n’a pas de but sans tout ce que tu dessines
La vie en continu persiste et sans fin s’obstine
A manger notre temps en séparations assassines

Publicités
Cet article, publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s