Forêt.

010

Marcher sur des sentiers doux comme des tapis
Au cœur d’une forêt de feuillus qui lentement se réveille
Glisser en son centre secret sans déranger les merveilles
Avec l’espoir d’apercevoir les signaux de la vie
Sauvage et abondante et qui foisonne sans inquiétude
Faire trop de bruit et n’avoir pour compagne que solitude
Papillons scarabées et oiseaux qui s’envolent moqueurs
S’imprégner la peau de profondes et vivantes odeurs
Qui nous ramènent à la toute puissance à peine en un éclair
Aux origines profondes les ondes de la forêt primaire

Publicités
Cet article, publié dans GAIA, Non classé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s