Désertions

Il me manque parfois la force d’effacer les salissures sur vos courages
La force de souffler dans le vent jusqu’à vous redonner la rage
D’écarquiller vos yeux à mains nues pour que vous regardiez le beau
Je m’en veux de ne pas savoir mettre dans le bon ordre les mots
Ceux qui feraient instantanément rejaillir la lumière dans vos sources
Ceux qui ôteraient les fatigues de toutes vos anciennes courses
Je suis une impuissante amie un reflet pâle de l’orage
Que je voudrais déclencher pour laver les affronts de la vie
Regardez nous sommes fatigués mais il n’est que minuit
Le soleil se lèvera demain brillant et nous chercherons sous l’ombrage
Dans le chaos le bruit le mouvement tout ce qui se partage
Regardez ce n’est rien ce qui nous fait plier un tout petit outrage
A ranger rapidement dans les rayons des abîmes et des oublis
Regardez ce magnifique trésor que nous avons obtenu en gage
De nos sacrifices de temps d’amour de nos séparations de nos énergies
A qui profitera le crime de nos désertions s’il ne reste dans nos sillages
Que le son faible et geignard résidu du temps où l’on chantait le monde
Que la lassitude des habitudes et de leurs destructrices rondes
Ressortons des tiroirs nos insouciances lavées et repassées
Habillons nos rêves de linge frais et de chances à saisir
Réglons nos montres à la même heure pour être sûr de partir
En même temps dans la même direction sans avoir à nous presser

Publicités
Cet article, publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s