Déchiffrage.

Les pieds posés dans mes chaussures de vide et de plein
Je glisse entre deux mondes à la frontière d’un destin
Qui se joue de mes notes et de l’ordre dans lequel je les ai disposées
Qui se joue des espérances et  affiche mes attentes différées
Qu’il y a loin de la coupe aux lèvres
Ce n’est qu’un déchiffrage me dit une nature conciliante
J’ai moi-même dérouté plus d’un créateur de bulles flottantes
Et je sais que le jour viendra où prise d’une nouvelle fièvre
Je reconnaitrai mes enfants dans les bras des avenantes
Et que leurs tubes enjôleurs câlineront de près mes mouvances
Et que leurs doigts agiles traceront plus encore que mes extravagances
Alors il me tarde d’accéder à leurs aubes brillantes
D’entendre leurs voix sacrées s’emparer des mille nuances
Attentives entre elles dans leur quête du sens

Publicités
Cet article, publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s