Nos maisons sont de fragiles mémoires.

Les champs de ruines noires nous rappellent
Que les bascules penchent toujours d’un côté
Ou de l’autre au gré du vent et que s’emmêlent
Dans les tourbillons de flammes et de fumées
Les souvenirs précieux les instants de bonheur
Bâtir des certitudes sur des idées à demeure
C’est donc construire son avenir sur des leurres
Tout peut toujours s’envoler dans l’heure
Nos maisons sont de fragiles mémoires
Elles nous contiennent beaucoup moins bien ce soir

Publicités
Cet article, publié dans CHAGRINS PARTAGES, Non classé, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s