Pause

Le temps s’est invité sur une grande pause
Farniente bienvenu absence de petites choses
Et de grands projets à faufiler au coin de la cheminée
Ce ne sont que quelques heures de rien abandonnées
Au hasard d’un dimanche gris et maussade
Un rêve d’opportunités à décortiquer comme une noix
Un bonbon à sucer lentement avec toujours le choix
De croquer peut être et me voilà coincée en embuscade
Entre deux rythmes l’un lunaire et qui appartient au passé
Et puis le grand soleil à venir mais pour l’instant je me repose
Je tresse du néant avec beaucoup d’application et j’ose
Afficher au grand jour l’indolente et profonde vacuité
Ce soir peut être il y aura un peu d’activité
Car l’ouvrage n’est jamais trop longtemps délaissé
Mais pour l’heure j’habite à la rue des notes envolées
Au quartier du repos une maison silencieuse et isolée

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s