Au fond du gouffre

040

Dans une barque sous la terre au fil de l’eau
Il tombe une pluie permanente et légère
Des larmes pures sorties d’entrailles mystères
La fraicheur nous environne et l’esprit s’élève haut

Les gouttes abandonnent ça et là un peu de calcaire
Construisant sans cesse au cours des millénaires
Des architectures de dentelles fragiles en pierre
Qui descendent des voutes comme des lampadaires

Des lacs d’une eau si limpide vous attirent comme des aimants
Il faut être sage et très mature pour ne pas s’y glisser un instant
Un passager y laisse pourtant trainer un peu sa main
Et la fraîcheur saisissante l’oblige à rebrousser chemin

Les plafonds des grandes salles sont hauts comme des cathédrales
Les Déesses pour lesquelles elles furent dressées ne sont ni jalouses ni vénales
Elles proposent à tous ceux qui en veulent goûter un espace
De venir là tranquillement et de prendre leur place

Publicités
Cet article, publié dans GAIA, Non classé, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s