Les pères qui s’en sont allés…

Jeunes ou vieux les pères qui s’en sont allés
Ont laissé  derrière eux des sillons effondrés
Quand a sonné l’heure d’un départ annoncé
Il était encore trop tôt il y avait encore à partager 

Pas de mots qui génèrent des larmes
On se sent démuni sans parole et sans arme
Voir souffrir les gens que l’on aime est infâme
Nos bras tremblant essayent de contenir le drame

Ainsi va la vie de l’aube au crépuscule
On tergiverse un peu l’échéance recule
Et l’on a beau savoir que l’instant est inscrit
Dans nos gorges se tisse la menace d’un cri

Demain l’espoir qui dessine en secret des âmes nouvelles
Apportera sans doute l’apaisement et l’envie
Les pensées seront douces et les chagrins rebelles
Feront place à la joie d’accueillir la vie

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, CHAGRINS PARTAGES, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s