Alfides

Un éclat plus brillant que les autres au travers du feuillage
Sans doute un bout de ma robe tissée dans des rayons de lune
S’est pris dans une branche pour capter le regard dans ton visage
Mais tu as passé ton chemin sans deviner ta bonne fortune

La nuit peut être si tu étais venu marcher sous les nuages
Tu aurais pris les reflets argentés que renvoie ma peau diaphane
Sereinement pour un reflet de lune marcheur profane
 Et mon parfum subtil une odeur de forêt dans ton sillage

Dans ton œil promeneur désorienté sous la voute étoilée
Je t’aurai caressé de mon regard à l’abri d’un grand arbre discret
Un éclat d’émeraude s’en serait peut être échappé
Et tu aurais levé les yeux vers ma demeure ce lieu secret

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, VOUS M'AVEZ DEMANDE D'ECRIRE, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s