Malgré toi

Aujourd’hui c’est moi qui gagne sournoise infirmité
Moi qui plonge au cœur de l’oubli de ton absurdité
Je suis allée tracer des traits dans une ligne de chance
A cœur de chant sacré à mélodie de temps de pluie

Ce résumé de ta toute petite existence
Une boulette de papier écrasée avec mépris
Insignifiance de mon état de chair et de sang
Qui n’a que peu d’emprise au  beau et au puissant

Demain peut être tu reprendras un peu d’audace
Et tu me diras je suis là je ne t’ai pas oubliée
Et seule contre toi il faudra bien me plier
A assumer mes choix dans tes serres de glace

Mais pour l’heure je jubile encore
Je suis pleine de joie et de multiples trésors
Qui font paraitre demain bien plus lointain
Que les souvenirs d’harmonie et de contre-point

Publicités
Cet article, publié dans MA VIE EN MUSIQUE, Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s