Douleur ô ma douleur

J’avais presque oublié la sournoise présence
Que tu poses à tous ceux qui t’abritent malgré eux
Et les rappels constants à leur misérable existence
Et le peu d’empathie que tu soulèves aux teints creux 

J’avais presque trouvé normal d’avoir un corps alerte
Au miracle du hasard qui me trouva la bonne recette
Et que j’ai beau chanter sur tous les toits personne n’écoute
En mon pays prophète chaque parole me déboute

Douleur ô ma douleur tu transites à nouveau par ici
Et j’ai changé mon sourire pour une tête de pluie
Et j’évite de donner des réponses longues aux questions
Exprimer les outrages renforce leur perception

Si je t’ignore de ma superbe au moins la plupart du temps
Le soir fantôme tu te diffuses comme un monstre rampant
Les nuits deviennent de longs tunnels noirs sans issue de secours
Le repos un vague rêve que l’on poursuit jusqu’au jour

Aussi ce matin à la lumière levée avant moi de son lit
Le réveil m’a surpris comme en faute d’avoir fait un oubli
Tu commences tes bagages c’est l’heure de ton repli
Je me sens bien plus forte et c’est toi qui faiblis

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s