Feux d’artifices Royaux

Il faut parfois attendre longtemps que le cadre se tresse
Au bord d’un lac d’une rivière d’un monument qui se dresse
Que le noir profond dessine un fond suffisamment complice
Sublimant les contours de beaux feux d’artifices
Dans un sifflement strident s’élevant jusqu’au ciel
Une fusée s’élance grimpe fuse éclate en mille parcelles
Traçant des fleurs immenses géantes et éphémères
Rouges bleues dorées ou vertes iridescentes
Chacune est une surprise qui s’épanouit puis se perd
Retombant en petites cendres incandescentes
Dispersés dans la nuit noire des esprits de fumée
Des saveurs de temps chaud de profondes odeurs d’été
Le feu jamais n’éteint la nuit il l’habille d’une robe magique
Entre deux ouvertures le silence est d’une beauté extatique
La musique accompagne ces costumes éphémères
Tout nait jaillit et meurt en rythme surprenante poussière
Pour réchauffer nos cœurs nos âmes et nos hivers

Publicités
Cet article, publié dans VOUS M'AVEZ DEMANDE D'ECRIRE, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s