Sempervirens

320Ton écorce se ravine au gré de la fortune
La nature te dessine sans avoir l’air de se soucier
De l’apparence que donne ces volutes entortillées
Chaque ligne se dispose comme aucune autre aucune

Les mains posées sur ta base discrète caresse
On sent ton énergie saillante qui se presse
Sous la douceur de carton et la sève qui monte sans cesse
Et  ton âme d’arbre qui vibre me remplissant d’allégresse

Douce communion intime au vivant immobile
Voici un temps consacré une prière sans parole et sans nom
Ta force et ta puissance font défaillir ma raison
Et tes craintes m’affolent géant aux pieds d’argile

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s