053

Elle n’est pas cachée très loin la bête
Elle se tapit sous de convenables apparences
Costume de scène voile sans transparence
Et fait de nos propos des paroles de prophètes

Un goût de cendres au fond le la gorge me reste
Le passé se dissout dans les terribles propos
Il faudrait si peu de temps si peu de mots
Pour que jaillisse l’obscur les rats porteurs de peste

Est-ce en toute innocence que tu offres de l’avenir
A ceux qui cachent à peine leurs préférences obscènes
Crois-tu qu’il faille protéger sans partage notre oxygène
Pour que tes rêves commencent à s’éclaircir

Quels que soient ceux qui porteront les chaines
Ils gagneront toujours au bout leur liberté
Dans le sang la souffrance pauvres choses humaines
C’est une grande illusion de se croire du bon côté

Publicités
Cet article, publié dans AILLEURS, Non classé, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s