Caressant l’âme de sa lueur opaline
L’aube sort de son lit comme le chat qui s’étire
Sa frimousse s’éclaire les contours se dessinent
Au loin s’entend comme un petit soupir
Que sera aujourd’hui que va-t-il apporter
Un peu beaucoup passionnément de nouveauté
La lune traine encore un peu sur le bord de son lit
Il semble que rien ne soit encore écrit

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s