La fille d’Ipanema

Jamais on ne vit rien de plus adorable
Ondulante Carioca les pieds nus sur le sable
Elle passe en oscillant comme si elle dansait la samba
Et mon souffle se coupe à chacun de ses pas

Tous les regards captifs emportés dans son sillage
Semblent se croire soudain victime d’un mirage
Le mien encore plus triste se voile d’un ombrage
Et mon amour secret vogue vers son naufrage

Chaque jour elle passe et marche vers la mer
Jamais elle ne me voit et j’en suis bien amère
Chaque jour je lui souris mais elle ne me voit pas
Toujours plus jolie la fille d’Ipanema

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, VOUS M'AVEZ DEMANDE D'ECRIRE, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s