Au souffle léger du vent.

Dans l’air chargé de nos mémoires d’enfants
Il reste les premières odeurs les premières sensations de la vie
Le goût d’un lac et ce miroir son eau si particulière
Le dessin des étoiles dans ses reflets la nuit

Le son de la terre se propage tout autour comme une vibration
La lumière du soleil la couleur du ciel rien de diffère
De se qui s’est inscrit en ma première atmosphère
Jusqu’au vent familier qui frissonne dans la maison

La signature unique de la terre natale
Cet endroit je le sens est ma terre primale
Mon corps s’en souvient plus surement que mon esprit
Et si je suis chez moi alors je suis guérie

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, VOUS M'AVEZ DEMANDE D'ECRIRE, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s