A peine un courant d’air.

A peine un courant d’air lecteur
Ton passage est si discret
La chaleur de ton regard savamment disposée
Sur un mot un autre mot tu digères mes secrets

Pas le bruit des feuilles
Pas de lourdeur sur tes mains aucun recueil
Juste prises dans la toile de tes pensées
Les miennes qui se dispersent sans vent ni marée

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s