Présence.

Parfois sur un écueil un peu plus dur
Le chemin du courage se barre de murs
Infranchissables les pensées rassemblées
Se désagrègent en flèches piquantes et acérées
Parfois sur un rien on ne croit plus en la présence
Du gardien dissous qui surveille chaque indifférence
Parfois les mots n’ont plus de poids
Aucun conseil ne fait acte de foi
Pourtant c’est sûr elle brille toujours la petite lumière
Si l’on y prête garde son parfum flotte dans l’air
Ténus petits filaments qui nous relient au grand mystère
Ils sont là tous ceux qui nous parlent de là-bas
Et les larmes ne sont qu’un chemin qui porte loin nos pas
Dans ces liens qui nous unissent au-delà de tout repère

Publicités
Cet article, publié dans CHAGRINS PARTAGES, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s