Arbeit macht frei.

Je veux aller là-bas au cœur de la tourmente
Ne pas en croire mes yeux de ce qu’expérimentent
Les hommes lorsqu’ils sont clos dans les enfers de Dante
Toucher la véritable histoire avant qu’un jour l’histoire me mente
Je veux aller marcher dans les pas misérables
Des dernières illusions d’un travail rédempteur
Quelques secondes avant d’apercevoir la lueur
De la trahison la plus détestable
Je veux aller marcher sur l’horreur et souffrir
Pour croire un peu plus qu’ils ne vont jamais revenir
Les pourvoyeurs de mort en gros
Qu’il suffit juste de prolonger encore le souvenir
Pour contrarier l’allure obscène des salauds
Je vais aller là-bas effacer mon éternel sourire
Pour quelques heures graves à poser silencieuse
Apprendre ce que je porte entre la terre mon cœur et le ciel
Je vais aller là-bas comme on répond à un appel
Suivre cette étoile toujours un peu mystérieuse
Qui guide au hasard incertain tous mes pas
Je ne sais trop pourquoi je dois aller là-bas

Publicités
Cet article, publié dans CHAGRINS PARTAGES, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s