La mort est un long fleuve blanc.

C’est comme un jour de neige
Tous les bruits amortis ont un reflet tremblant
Les larmes sont des flocons pâles qui se désagrègent
La mort est un long fleuve blanc
On rassemble à la hâte quelques souvenirs
Pour se réchauffer l’âme et ne pas dériver
Mais la folie nous guette toujours prête à surgir
D’un contrôle mal organisé
Demain peut être
Car le temps soit disant
Aujourd’hui juste déverser le paraitre
Et pleurer de temps en temps

Publicités
Cet article, publié dans CHAGRINS PARTAGES, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La mort est un long fleuve blanc.

  1. Sylvie... dit :

    oh…. mais si pudique…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s