Dans une encoignure de porte.

Masques inexpressifs prolongeant des soupirs
Dévidoir de versets  qui ne veulent rien dire
Et qui ne disent pas ce qui est  à parler
Défilé de mots paravents pour prolonger
Le stérile confort des manques de férocité
L’impassible coquille bien vide est sans aspérité
Et ne s’offusque pas ne peut pas se briser
Il nous arrive à tous de faire un pas de côté
Cachés dans une encoignure de porte pour laisser passer
Le flot grondant des inconforts  passagers
Les dérives élémentaires légèrement écornées
L’œil ouvert sur une immense lucidité
Les mains à plat sur la pierre sans âme
Froide et sans calcul est-on vivant ou mort
Avant de repartir dans le fleuve sans rame
Balloté sans amertume jusqu’à l’illusion du port
Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s