Invitée dans notre ronde.

Ses bagages lourds enfin posés dans le couloir
Avec le reste de la misère du monde
Elle peut le pied léger entrer dans notre ronde
Et regarder son cœur au fond de notre miroir
Ne sommes nous pas les gens les plus heureux de la terre
Nos ailes dépliées ne sont pas un mystère
Les paroles qui s’échappent des bouches innocentes
Font tantôt rire tantôt froncer nos âmes inconscientes
Elle a trouvé le chemin qui mène au cœur des reclus
Elle voit le beau l’enchanté au fond de leur petits yeux nus
Sa présence est devenue aux anges si vite familière
Qu’elle manque sitôt que l’ailleurs la prend tout entière
Publicités
Cet article, publié dans AUTISME ET BONHEUR, LES LUTINS, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s