Audition.

A l’écoute de mes erreurs potentielles
Oreilles aux aguets regards essentiels
Elle joue en velours pendant que je m’ensorcelle
Dans un vent qui s’essouffle ou qui s’emmêle
Elle retient mes ardeurs en tempo si je m’emballe
Elle ajuste mes silences pour relancer le bal
Et je glisse quelques notes dans notre conversation publique
C’est bien moins qu’en salon lorsque l’on s’explique
Tout doux et sans témoins alignés sur des chaises
C’est bien moins mais quand même toujours plus à l’aise
Qu’avant quand la parole était un murmure grinçant
Une sorte de plainte qui déchirait nos tympans
Et qu’elle était patiente sachant qu’un jour certain
Jailliraient quelques fleurs d’un printemps souverain
Et nous voilà voguant en nouvelles aventures
Prenant plaisir à distiller quelques appogiatures
Par ci par là et si vous écoutez ce que chantent nos voix
Vous percevrez surement le véritable sens de nos choix
Publicités
Cet article, publié dans MA VIE EN MUSIQUE, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s