Amoureuse.

A glisser délicatement dans les désirs inconnus
Marcher sur des chemins où ne sont parvenus
Que les initiés ai-je encore une chance
Une pensée à perdre dans ce champs immense
Où mon amour se cultive depuis des années si nombreuses
Comment se fait il que le soleil tranquille se lève
Chaque matin sur une saison douce et heureuse
Bouillonnante de vie chargée de fièvres et de rêves
Mon histoire s’écrit dans la chaleur de ton corps
Ton cœur est le bateau qui me porte plus loin encore
Je paie le prix qu’il faut sans doute pour que rien ne se détache
Je ne saurais m’ancrer dans un autre port d’attache
Je réclame souvent je présume bien plus que tu ne peux me donner
T’obligeant mauvaise fortune à toujours te dépasser
Et si c’est en râlant au fond que toujours tu me pardonnes
C’est parce que j’aime l’assurance de ta voix qui résonne
Publicités
Cet article, publié dans FAMILLE, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s