C’est reparti.

Lentement avec constance
La pensée commune se prépare
Laissant trainer sur le terrain épars
Le fatras habituel en la circonstance
Des vapeurs de travail s’élèvent
Nos souvenirs de vacances nos petites nouvelles
Tous les traits d’unions qui nous révèlent
A mesure que le diable nous ensorcelle
Et prend matière avec une force subtile
Voilà que se dérouillent quelques souffles habiles
Tout n’est que retrouvailles bonheurs échanges
La musique n’est qu’un prétexte qui nous démange
Publicités
Cet article, publié dans MA VIE EN MUSIQUE, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s