GALAURE

Sous les grands arbres tranquilles elle file
Le long de la vallée douce suivant son fil
Sans jamais s’émouvoir des rencontres originales
De ceux qui s’adonnent à l’expérience végétale
 De se mouvoir aux
sommets des rois de bois
Comme si des ailes avaient poussé sur leur dos droits
Elle glisse sur ses galets d’or en mouvements  lents
 Dans le cycle naturel
inlassablement
Façonnant sans y toucher un tendre paysage
De campagne comme dans les livres d’images
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour GALAURE

  1. Philippe dit :

    oh, à la première lecture, j’ai cru que tu évoquais les libellules au long de la vallée, mais non, c’est la vallée elle-même… ce sont les sommets et les ailes qui m’ont trompé… bonne journée à toi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s