JE N’AI PLUS DE FOURMILIERE

Il faut bien l’annoncer regrettable nouvelle
Au sentier tout entier le deuil retentissant
C’est fait sur découverte silencieuse après tout ce temps
Ma fourmilière n’est plus la nature cruelle
N’a pas tenu ses promesses d’immortalité
Le petit monticule se recouvre à présent d’herbes folles
Après toutes ces années d’observations de promesses d’étés
Un vide de vie et toutes les fleurs ici se désolent
Il semble au premier abord que rien n’a changé
Le passant pressé n’a certainement rien remarqué
Il manque pourtant au moins un million de petites âmes
Un monde s’est tari volatilisé sans faire de drame
Publicités
Cet article, publié dans LA VIE D'UN SENTIER, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour JE N’AI PLUS DE FOURMILIERE

  1. Philippe dit :

    volatilisé, est-ce le mot ? leurs ailes ont poussé ?quand on pense à la complexité de leurs constructions, qu’est-ce qui les pousse à bouger ainsi ?j’ai eu plaisir à lire les oeuvres de Weber sur leur monde…

  2. janoelle dit :

    Et bien moi j’aimerais bien qu’elles trouvent un endroit plus confortable !!! Chaque année c’est pareil ; au printemps elles envahissent ma maison !!! J’en ai ras le bol de ces petites bêtes !!!

  3. Sylvie... dit :

    … un groupe s’est transféré au détour d’un autre sentier… et t’attend!

  4. Mumu la Grenouille dit :

    les fourmis déménagent elles aussi, elles ont trouvé plus confortable, sans doute ! T’ont-elles payé le loyer au moins ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s