« ASSIEDS TOI AU BORD DE LA RIVIERE ET TU VERRAS PASSER LE CORPS DE TON ENNEMI »

Je suis assise au bord de la rivière
Parmi les corps qui passent
J’attends en vain mais point ne me lasse
Mon ennemi n’en est plus à son hier
Sa vivacité sa résistance à mes pensées
Me surprend je suis assise là et j’attends
J’ai quelques bonnes vengeances en suspends
Je laisse faire le temps et ses accès acérés
Je suis assise au soleil et la chaleur opère
Les changements qu’il faut pour réchauffer mon âme
Mais malgré le temps qui passe je déclame
Il faut laisser refroidir tout ce qui exaspère
Je laisse venir à toi le mal et le temps de me réjouir
Si la noirceur de ce que j’avoue vous inspire
Pensez que vous aussi vous avez rêvé d’horreur
Pour les malfaisants insérés dans vos entourages
Et que le bien pour le mal vous n’avez pas toujours été sage
En attendant que tourne la roue des bons malheurs

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour « ASSIEDS TOI AU BORD DE LA RIVIERE ET TU VERRAS PASSER LE CORPS DE TON ENNEMI »

  1. fanfan dit :

    Voilà longtemps que je ne suis passée par icije ne suis pas trop devant mon écran depuis un certain temps…En te lisant je me disais "Gant je vais mettre et éloigner le mal" pensées amicales

  2. janoelle dit :

    oh combien je suis d’accord avec toi. Bisous. Janoëlle

  3. Sylvie... dit :

    houlà!… je comprends… moi, j’ai éloigné le mal de moi…mais je comprends

  4. Jean-Baptiste dit :

    🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s