POSSIBILITE INFIME

Il n’y a plus d’ile déserte
Pas de jardin secret de recoin profond
Aucun espace virtuel ou non
Où la solitude peut se faire complète
Il n’y a plus d’espace privilège
D’isolement intégral
De repos total
De sol blanc comme neige
Tous les silences sont souillés
Les espérances éparpillées
Les réflexions ont des odeurs délétères
Les chagrins ressemblent à des misères
L’avenir fabrique des chimères
Les rêves s’éteignent et désespèrent
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour POSSIBILITE INFIME

  1. Stephane dit :

    Encore un poème que j’aurais aimé écrire tant je me retrouve dedans. Ce sont les mots qui conviennent à ma nature la plus intime, la plus profonde. Celle que j’enfouis sous d’autres jeux de mots, la plupart du temps. Je suis un clown qui masque sa mélancolie sous son nez rouge et tant pis si parfois, je ne suis pas fin, c’est pour mieux me protéger de la langueur qui m’habite souvent. Et des peurs qui l’accompagnent. Je crois te comprendre à demi-mots. Bise, Stéphane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s