VIPERES

Elles affûtent leur langage

Ne prenant pas seulement le temps

De nous laisser passer avant

Pour débiter leur commérages

Les voilà les bonnes âmes qui roucoulent

Devant nous leurs commentaires coulent

Comme si ne se lisait pas sur leurs visages

Les mots venins les pensées mesquines

Langues de vipères assassines

Il m’apparaît brûlant comme un présage

Leurs têtes de douleurs à la roue tournée

Un matin sournois en toute équité

Je répandrai leurs peines en puissant bavardages

Me vautrant dans leur fange comme une sauvage

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour VIPERES

  1. bibialien dit :

    Les vipères ont la langue acéréeEt souvent n’ont rien dans le cervelétIl faut faire fi de tout çaEt les ignorer tel un gros tasBisous Pat

  2. Les Etellois dit :

    Je haïssais déjà les commères venimeuses, bien-pensantes et hypocrites quand j’étais enfant. J’ai relu plusieurs fois ton poème car c’est exactement ce que j’éprouve pour elles, mais sans savoir, bien sûr, l’exprimer comme toi.Bises,Mo

  3. papypoutous dit :

    tayanaun pti passage avec plein de brins de muguet porte bonheur.gros poutous ;o))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s