SANS MUSIQUE

Comme s’il était indécent de faire du bruit

Je n’ai pour la merveille qu’un regard impuissant

Pas de souffle pour un réveil bruissant

Pas de son cristallin que de l’ennui

Le souvenir d’une insouciance enfouie

Sous les gravas les déchets tout ce qui s’est écroulé

Un avenir tracé qui s’est enfui

Naïves espérances démantelées

Eparpillées en silences pesants

Où se retrouve l’envie des jolis chants

Les clefs brillantes n’ouvrent plus les portes

Vers les avenirs rassurants et n’apporte

Que ravage aucun son ne réconforte

Elle reste prisonnière de son étui noir

Ma fée confinée derrière mes idées noires

Silencieuse et froide comme une morte

Publicités
Cet article, publié dans MA VIE EN MUSIQUE, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s