NOCTURNES

Doucement posées une à une

Petites cascades de croches en lenteur

J’entends et je savoure chacune

A la mesure de ce bonheur

Cadencées dans des tonalités douces

Frappées délicatement d’un bout de pouce

Comme je veux que jamais ne s’arrête

Ces concertos que j’ai toujours en tête

J’appuie toujours sur le petit bouton

Qui fait redémarrer mon émotion

Au point zéro je sais chaque note qui arrive

Et pourtant à chaque fois je dérive

Vers l’univers profond qui se déroule

Dans les quelques minutes qui s’écoulent

Et chaque fois les mêmes silences

Me mettent en attente provoquent des transes

Parfois je les joue et l’émotion se pose ailleurs

Je cesse de contempler pour devenir acteur

Et je sais sans la nommer la note qui vient après

Car depuis toujours je me suis abreuvée

De ce flot de délicieuse harmonie

Car depuis toujours il m’a semblé

Que rien de tout ce qui avait été écrit

N’était plus à l’unisson de mon passé

De mon présent et de mon avenir

Les notes mes espoirs mes larmes et mes soupirs

Témoin de mes grands soirs ou de mes aubes incertaines

Caressant mon âme d’une tendresse sereine

Publicités
Cet article a été publié dans MA VIE EN MUSIQUE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour NOCTURNES

  1. Philippe dit :

    je n’ai pas ta joie de devenir acteur, sauf un peu par le chant… et il y a comme maintenant des périodes critiques, où la voix s’enroue… automne et printemps, danger !en tout cas, j’ai bien aimé tes cascades de notes dont tu distingues et attends chacune… sur certains morceaux que je connais pour les avoir entendus à répétition, il en va ainsi… et souvent aussi, j’entends déjà en mémoire le morceau suivant pendant le silence entre les deux sur l’enregistrement… au point que si un disque ne respecte pas le même ordre… je suis surpris… 😉

  2. Sylvie... dit :

    je ne suis jamais allée (pour des raisons indépendantes de ma volonté… pour une fois) plus loin qu’apprendre les notes de musique (j’ai souffert, j’avais tout juste 6 ans je crois) et les retrouver sur le clavier (piano, s’entend)… mais mon père était (aussi) musicien, d’une famille de musiciens semblait-il… j’ai gardé l’oreille musicale et la sensation que j’aurais pu être chef d’orchestre… parce que j’arrive à isoler les instruments…………………… bref, je me refais avec les étudiants quand je les fais TOUS lire ensemble à haute voix (bon, faut pas qu’ils soient plus de 20)
    en fait je voulais répondre… moi j’écoute la musique en marchant

  3. Les Etellois dit :

    Quand je lis ce genre de texte, je regrette plus que jamais de ne pas avoir l’oreille musicale. Il n’y a rien à faire hélàs.
    Bises,
    Mo

  4. Mumu la Grenouille dit :

    Ne penser à rien, se laisser bercer par la musique , c’est bien aussi !

  5. bibialien dit :

    Tu as l’oreille musicale
    Mais on ne peut jouer sa vie
    Même si on force la corde vocale
    On peut faire semblant, pleurer quand on rit
    On ne trompe pas la vie, c’est fatal
    Juste y mettre un peu de folie
     
    Bisous Pat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s