EDVIGE main basse sur la liberté

J’ai treize ans au siècle vingt et un

Ma société bâtie sur les vestiges

De la liberté de droit commun

Mon déficit s’appelle Edvige

Adepte de mon honorable intolérance

Epinglée ma vie et mes croyances

Plus question d’afficher de la transparence

Sur mes projets mes espérances

Mon futur s’appelle socialement correct

Pas une pensée qui dépasse on taille

Les indisciplines brûlées comme de la paille

Mes bouffées d’humeurs par trop suspectes

Je m’appelle Edvige c’est le seul prénom qui vaille

La peine d’être porté c’est le seul qui m’aille

Le seul que j’ai su mériter

Quand ma mère avait treize ans on fustigeait

De droite de gauche chacun son côté

Les luttes verbales mais jamais au poignet

Cela s’appelait quelque chose comme respect

Ce que ça veut dire je n’en ai aucune idée

Des croyances des opinions de perverses pensées

Ils avaient le droit d’y croire ou d’en changer

Sans jamais se faire ficher

Est-ce que tu arrives à te l’imaginer

J’ai treize ans au siècle vingt et un

Je suis un résidu de la pensée lisse

Jamais de problème avec la police

Et ses assesseurs assermentés demain

Je n’ai pas trop de soucis pas d’état d’âme

L’état veille sur moi je n’en fais pas un drame

Mais je me demande comment c’était avant

Pourvu que personne ne s’en rende compte

La nostalgie du chaos parfois ça me remonte

Et j’ai peur de me décaler socialement

J’ai du oublier de prendre mes médicaments

Ciba distille moi lentement ton talent

Impose moi ton régime prévenant

Calme mes ardeurs et mon moi différent

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour EDVIGE main basse sur la liberté

  1. Stéphane dit :

    c’est drôle, moi, ça me laisse un peu froid, cette Edvige ne me fait aucun effet, ni particulièrement peur, ni autre chose, peut-être parce que je suis persuadé qu’elle existait déjà sous un pseudonyme et qu’on vivait bien quand même avec et puis à la limite, qu’avons-nous à cacher ? En plus, ne serait-ce que par les ordinateurs et Internet et les GPS et les téléphones portables, on accepte déjà d’être suivis, pistés, surveillés, un de plus ou un de moins, c’est sans doute ma meilleure façon de réagir : je suis une véritable autruche et je l’assume. Je ne veux pas savoir, en réalité…

  2. fanfan dit :

     
    Pas vraiment réjouissant…
     
    Bizzz
     
     

  3. Philippe dit :

    pour l’heure, ça ne me fait pas peur d’être fiché… de toutes façons, que ce soit par l’Etat ou les voisins, c’est une façon de tuer l’amour… alors j’essaie de le faire survivre en mon coeur… et pourquoi pas sur la toile ?

  4. Eric dit :

    Superbe analyse. Il n’y a malheureusement rien à rajouter. Nous ne pouvons qu’agiter doucement la Toile pour provoquer quelques ridicules clapotis. Et encore.Amicalement et surtout, respectueusement.

  5. Les Etellois dit :

    Oui, j’ai lu des articles sur ces sujets et ça m’a fait froid dans le dos. Tu sais quoi Tayana? Je suis convaincue que je mourrai sous une dictature. C’est tous les jours que je vois des signes prémonitoires. Je vois aussi la lâcheté et la convoitise de nos soi-disants représentants de tous bords.
    Tu as lu l’article sur la grenouille qu’on met dans un bain d’eau froide et qu’on met à chauffer lentement?
    Bises désabusées,
    Mo

  6. fizwizbiz dit :

    Le bel avenir que voila.
    Attention à la Ritaline, il s’agit d’un psychostimulant, ça ressemble à une contre indication (ou inversement?)
    biz

  7. Mademoiselle O' dit :

    Dans la même ligne que les stupéfiants !
    C’est stupéfiant !
    Merci pour les explications, et à bas les médicaments qui abrutissent sans rien arranger !
    BesO’s

  8. TAYANA2 dit :

    Ciba est le laboratoire qui commercialise la Ritaline ®
     
    http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thylph%C3%A9nidate

  9. TAYANA2 dit :

    EDVIGE : base de donnée crée par décret le 10/07/08 pour collecter des données personnelles. Bienvenue dans l’univers de BIG BROTHER.
     
    http://www.service-public.fr/actualites/00930.html?xtor=RSS-66

  10. Sylvie... dit :

    serions-nous à l’âge de la révolte angoissée qui tétanise?
    dois-je avoir peur de ces 13 ans du XXIe siècle?
    Arriveront-ils à se révolter?

  11. bibialien dit :

    C’est drôle je n’arrive pas à comprendre le fond de ce poème !!
    Est-ce un poème futuriste plein de nostalgie ?
    Je ne sais pas quoi en penser
    Mais bisous quand même Pat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s