LETTRE AUX ABSENTS

A tous mes absents je laisse une infime

Part de chance peut être quelques centimes

Pour racheter leurs souffrances leurs errances

Et tout ce qu’ils ont laissé dans la danse

A toutes ces victimes du jugement

Prononcé sans appel sans rappel un soir

Avant qu’ils ne s’égarent pour longtemps

Je leur dis ne perdez pas l’espoir

D’arriver à voir un jour dans le noir

Pour trier entre le manger et le boire

Les murs des cavernes couverts d’histoires

Vérités affichées à laquelle il faut croire

N’ayez pas peur un jour de vous asseoir

Pour commencer à réfléchir devant le miroir

De vos certitudes de vos pensées extrêmes

Allongez vous au delà même

De vos idées les plus à la traîne

Car se rapproche le glas et la sirène

Le compte à rebours rapidement s’égrène

Il reste peu de temps pour tuer vos haines

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour LETTRE AUX ABSENTS

  1. Ludo dit :

    ce matin, c’est le temps que je cherche à tuer! lol
    pc bientôt réparé, j’espère…
    bisous à toi et merci pour ton message 🙂

  2. Marie dit :

    Texte remplit de vérité et de colère …
    Tu utilises ta plume pour semer tes pensées , tu en récoltes des doux leurres pour pointer les silences , les absences et pour donner un sens aux réflexions …humaines …
     
    Un billet encore superbe à méditer …:-)
     
    Douce journée Tayana et gros bisous …
     

  3. La Chouette Bleue dit :

    Une lettre pleine de vérités bien sombres, on dirait… Daniel

  4. fanfan dit :

     
    BISES TAYANA
    Merci pour toutes tes gentillesses….le temps passe 🙂
     
     

  5. - dit :

    Merci d’être passée. J’arrête pas de tuer mes haines, mais elles reviennent 🙂

  6. Sabrina dit :

    Je me trompe ou je sais ce qui t’as inspiré ce poeme?
    bisous à ma flutiste préférée….

  7. Bernie dit :

    Un ciel toujours voilé garde mes souvenirs;
    Jour affreux du passé, que sera l’avenir?
    Je n’aurais jamais cru que l’on put tant souffir,
    Fus je une simple étrangère parmi tant de plaisir
    Aimé que j’ai été, n’ai-je plus qu’à mourir ?
     
    Sane qui un jour fus aimé

  8. Philippe dit :

    c’est solennel et sombre… mais l’urgence de tuer nos haines, j’aime ! et avec quoi tu tues la haine ? les mots partagés?… c’est déjà ça ! merci

  9. Sans dit :

    comme ça au moins……Nous saurons  …Où nous allons …..La fin est toujours le début de quelque chose …… 
    la haine ne sert a rien qu’a ce detruire ….Quel intêret …

  10. bibialien dit :

    De quels absents parles tu Tayana ?
    Des morts ou des autres !?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s