C’ETAIT SON ANNIVERSAIRE

Mon bien aimé ne veut pas

Qu’on dise qu’il a franchi déjà

La moitié de son existence

Le temps qui passe le met en transe

Mon bien aimé ne souffle pas

De bougies sur un grand plat

Pas plus que ne s’assoit derrière une table immense

Remplie de tous les gens qui dansent

A la santé de son nouvel état

Cinquantenaire c’est nouveau ça ne lui plait pas

Pas un âge à faire un tabac

Mon bien aimé n’aime pas ça

C’est pourquoi comme de jeunes amoureux

Nous avons fait une fugue à deux

Sur un endroit qui nous séduit

Mais quand même un peu trop rempli

De pèlerins et de pasteurs

De cardinaux et de bonne sœurs

Heureux quand même de célébrer

Différemment ce qu’il a fait

Depuis qu’il est né

Appréciant en toute discrétion

Les petites dissertations

Sur des cartes imprimées

Que le facteur a déposé

Dans la boite à surprise mystère

Et nous n’avons pas prononcé

Les paroles qui l’auraient fâchés

BON ANNIVERSAIRE

Publicités
Cet article a été publié dans FAMILLE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour C’ETAIT SON ANNIVERSAIRE

  1. marie dit :

    50 ans c’est pas beaucoup pour celui qui évolue sans cesse qui a les yeux grands ouvert sur le monde sur l’avenir et peut etre encore plus loin…imagines toute les connaissances et le savoir accumulés quand on sait s’en servir quel trésor et dans 20ans!!un puit sans fond de bienfaits ton bien aimé serait il comme un bon vin se bonnifiant au fil du temps jusqu’a devenir un nectar à consommer sans modération ? j’en ai l’impression et je crois que c’est une ivresse dont tu ne te lasseras pas    bises

  2. lenaic dit :

    Même s’il ne veut pau’on le lui dise ; je lui souhaite quand même un joyeux anniversaire. Janoëlle

  3. Sara Lee dit :

    Tu sortirais avec mon mec ? Ma parole, ils sont tous pareils ! ;-))
     
    Merci pour ton passage chez moi, j’ai beaucoup de retard avec les blogs à tout le monde. Mais je me ratrapperais dès que je peux !
    Bises à toi,
    Sara Lee

  4. Bernie dit :

    Il y a déjà quelques jours, c’était le cinquantenaire. Mais le cinquantenaire de quoi, de qui ? Ne fait donc pas cette tête-là, ce n’est pas plus terrible que d’avoir 20 ans.
    Te souviens-tu de tes 20 ans : bien dans ton corps, mal dans ta tête ? La peur du bouton sur le menton, le rougissement à la première allusion, les bafouillages à la première initiative, les choix amoureux, les déceptions, les examens de fin d’études, l’attente du premier emploi, les conflits avec les parents, les cheveux qui hérissent, la taille trop fine ou trop grosse, l’auto-école, le rosbif du dimanche midi ou les lendemains de soirées où tu t’es tant ennuyée avec de soi-disant copains ou copines, vraiment pas marrants.
    Il est vrai qu’aujourd’hui, tu es un peu moins bien dans ton corps mais tellement mieux dans ta tête. Tu entends ! Certains qui ricanent. Tu sais, il y a encore du chemin à parcourir. La route est longue mais tu n’as pas encore déposé ton baluchon. Il faut que tu attendes encore quelques années avant de tirer le bilan, veux-tu ! Quand tes cheveux seront blancs, tes joues ridées, tes yeux fatigués et tes jambes rouillées.
    Pour l’instant, avance. Avance et chante car tu n’as jamais été mieux qu’avec, dans tes bagages, tes 50 ans. Un toit, une bonne santé, un boulot sans rien à ajouter, un projet ou l’autre à réaliser, de petits problèmes pour pouvoir exister et puis tout le reste, le plus, le moins, l’à-peu-près, le provisoire, le passager.
    Te voilà avec un demi-siècle à raconter. Ne fait donc pas cette tête-là, je ne cèderai pas à la tentation de tout dévoiler : car tes secrets t’authentifient tel que les ans t’ont sculpté.
    Faut-il donc fêter cette étape, ce cap, ce palier ? Une année de plus. Une année de moins. Tu seras toujours toi, juste un peu différent. Différent de l’instant d’avant. Différent de l’instant d’après.
    Ta vie changera-t-elle donc quand, avec 50 ans, tu te réveilleras ? Et si tout était différent… Tu as escaladé si vite le versant montant de la montagne. Si tu parcourais le suivant en prenant le temps ? Un pas à droite, un pas à gauche, profitant du papillon qui passe, de la fleur qui s’impose, de la chaleur des rayons du soleil, et puis de nous tous que tu rencontreras sur ta route, pour qu’à l’heure du retour à la maison, tu n’aie pas envie de rentrer.
    Il y a déjà quelques jours tu as eu 50 piges. Vas-tu arrêter le temps ?
    Regarde le chemin parcouru : la montée en pente ascendante et scrute le chemin à parcourir : la descente en pente descendante. Respire un grand bol d’air ambiant et ne pense qu’à toi, l’espace d’un instant. Va le chemin est encore long…
     
    Bernie et l’équipe du Scribe
     
    P.S. : tu as vu que nous n’avons pas écrit les mots fâcheux.

  5. Les Etellois dit :

    On s’y fait pourtant. Où sont mes 50 ans?
    Bises,
    Mo

  6. Kristine dit :

    Chuuuuut!! bon anniversaire à ton amoureux..
    Bon dimanche..
    Bises..

  7. Franck dit :

    salut tatiana,je souhaite un joyeux anniversaire à ton homme

  8. Mumu la Grenouille dit :

    Il préfère sans doute qu’on lui souhaite son "non anniversaire" !

  9. bibialien dit :

    Un demi siècle pour un homme n’est rien
    Il l’est beaucoup plus pour une femme pour qui l’âge n’a aucun remède
    Le monde est injuste
     
    Bisous et bon dimanche Tayana

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s