RETOUR DES FOURMIS

Victoire sur les sots et les malappris

Celles qui ont gagnées ce sont les fourmis

Le réveil ce matin sans tambour ni trompette

Le réveil a eu lieu c’est comme un jour de fête

Ça se promène de partout ça regarde les dégâts

Et déjà au travail dès les premiers pas

Mon cœur bondit dans sa petite cage

J’offre sur le monde un rayonnant visage

Car je suis ici chez moi je suis la reine

Et mon peuple s’en est sorti indemne

Vainqueur contre l’hiver et les imbéciles

Gagnante de la beauté véritable et fragile

Passez votre chemin ignorants sacrilèges

Faites défiler ailleurs votre vilain cortège

Sur le sentier magique n’ont le droit de passage

Que les amoureux de la nature et les enfants sages

Publicités
Cet article a été publié dans LA VIE D'UN SENTIER. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour RETOUR DES FOURMIS

  1. Sabrina dit :

    super! vive les fourmis sur le chemin de notre ciel étoilé….

  2. Les Etellois dit :

    Bon, allez, je vais mettre un bémol : les fourmis, je ne les aime pas dans ma cuisine…
    Voilà, le bémol est mis
    (le dièze sera pour la prochaine fois).

  3. Sylvie... dit :

    Les fourmis? Les salamandres?… le petit univers animalier frétille sous le soleil…
    Moi, de ma fenêtre, j’ai vu les boutons du prunier du voisin gorgés de lymphe… 🙂

  4. Une par jour dit :

    Les fourmis…….. le retour ou le jour?? ;0)

  5. bibialien dit :

    J’adore les fourmis car elles sont travailleuses comme personne
    Bisous Tayana

  6. oops dit :

    j’ai pas encore croisé de hordes de fourmis
    il fait encore un peu froid dans notre région
    jours après jours la douceur pointe son nez
    les petites courageuses vont se remettre à défiler…

  7. SOlène dit :

    Sympa, ce  petit monde des fourmis que tu décris à ravir !
    Bonne continuation, et au plaisir de te lire !!!

  8. Bernie dit :

    Une fourmi sans raison,
    Après la froide saison,
    Se trouva l’air attristé,
    Quand fut revenu l’été.
    A la fois morne, apathique,
    Trop seule et neurasthénique,
    Un rien semblait l’abuser
    Il eut fallu l’amuser.
    La cigale, charitable,
    De son humeur adorable,
    Vint chanter pour la fourmi,
    Son mal fut bientôt guéri.
    Ce qui fait que chansonnette,
    En mettant le coeur en fête,
    A parfois bien plus de prix,
    Qu’un repas qu’on aurait pris.
    Nous en tirons la morale,
    De la gentille cigale,
    Qui rendit par un bienfait,
    Le mal qu’un jour lui fut fait.
    Bernie qui n’aime pas ces hôtes-là…

  9. Mademoiselle O' dit :

    J’avais po fini mon com !
    Bon courage :°)

  10. Mademoiselle O' dit :

    Vi, moi j’avais parié depuis longtemps sur la cigale, mais bon, les paris sont perdus !

  11. fanfan dit :

    Que ces courageuses
    profite sans bagarre orageuse
    du printemps qui arrive
    pour faire leurs emplettes….
    j’aime bien tes petites fourmis..
    Amicalement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s