LES CHEVAUX DU SENTIER

Autrefois il n’y a pas si longtemps

Dans le champs qui borde le chemin

Quelques chevaux paissaient tranquillement

En nous observant de leur œil malin

Certains plus hardis s’approchaient pour nous voir passer

Ravi de cette distraction rythmant leur journée

D’autres nous ignoraient êtres insignifiants

Certains encore nous toisaient d’un regard hautain

Dédaigneux et méfiants

Ne s’approchant même pas pour grignoter le pain

Que des enfants joyeux

Leur ramenaient de chez eux

Un jour le pré fut vidé délaissée la pâture

Un homme vint même enlever la clôture

Laissant au large le souvenir se déverser

De nos amis partis dans un champs éloigné

Publicités
Cet article a été publié dans LA VIE D'UN SENTIER. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour LES CHEVAUX DU SENTIER

  1. fanfan dit :

     
    Pour moi c’est nouveau
    j’en vois bien souvent ici
    alors qu’avant
    à Paris, ce n’était pas mon quotidien…
    Quoique enfant l’on m’a raconté des histoires
    de chevaux mais il y a déjà pas mal de temps…
    Bises amicales

  2. oops dit :

    Dans notre campagne auvergnate
    ces instants avec les équidés font parti de notre quotidien
    les filles ne manqueraient ça pour rien au monde…
    bonne journée 🙂
     

  3. Les Etellois dit :

    Chez moi, en pleine ville, il y avait au bout de ma rue (une toute petite rue empruntée uniquement par les riverains) un terrain avec des moutons, il y a 10 ans encore, et des chevaux dans un petit bois à côté.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s