POUR JOELLE, QUI A DU ETRE JEUNE EN MEME TEMPS QUE MOI

Ce qui est important pour les uns

Pour les autres est il essentiel

Les mots déposés en commun

Doivent ils avoir tous le même ciel

L’élégance d’une déformation

N’a pas que des incidences

Elle permet parfois l’émergence

De nouvelles accentuations

Exit le format coincé

Les règles estampillés

Moi qui me joue des mots

Je lutte corps à corps

Une éducation de trop

Je sens toujours le mors

Comme toi je relis inlassablement

Pour traquer l’erreur le mauvais jugement

Le poids trop lourd de la faute

Celle qui me coûtait quatre points

La règle ne m’a pas portée très loin

Il a d’abord fallu que je saute

Par dessus des idées bien ancrées

Pour accepter la nouvelle beauté

Celle d’une nouvelle langue en pleine évolution

Un parler simple dynamique efficace

Qui a dit que les nouvelles générations

Ne laisseront pas écrites les traces

De ce qu’ils ont aimé rêvé

Vécu senti incorporé

Une forme parallèle

Qui n’ôte en rien les ailes

De notre ancienne langue

Si tu crois que le bateau tangue

Tu te trompes

Ce n’est pas en grandes pompes

Qu’elle se laissera enterrer

La langue par la rue a toujours évolué

Si tu crois parler la même que Molière

Relis donc un peu les écritures d’hier

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour POUR JOELLE, QUI A DU ETRE JEUNE EN MEME TEMPS QUE MOI

  1. fanfan dit :

    C’est toujours une bonne chose que de relire parfois la poésie
    Elle ouvre les yeux sur d’autres formations, d’interpétations
    qui font chaud au coeur des simples vivants qui aime la poésie.

  2. Ysatis dit :

    C’est une preuve de grande intelligence que de savoir ce qui est stupide et ne l’est pas 🙂
    Le Père Noël  récompensera à coup sûr cette preuve d’intelligence et d’humour ^^
    Amicalement Ysatis
     

  3. Les Etellois dit :

    La langue évolue, il ya des nouveaux mots, des mots qui tombent en désuétude, des changements : ce sont là des évolutions, transformations, mutations… Très bien, ce sont des signes de jeunesse, d’imagination et de vie.
    Par contre, ce que je trouve dommage, c’est la perte du vocabulaire et surtout celle de la grammaire : ce sont là des dégradations, des érosions, des mutilations… de la capacité à communiquer.

  4. fanfan dit :

    Bonjour Tayana,
    Je ne sais pas pourquoi mais en te lisant
    je me suis levée et je suis allée mettre
    le CD de grand corps malade…
    J’apprécie toujours ton écriture
     
    Bises amicales
    Françoise

  5. Mademoiselle O' dit :

    J’aime beaucoup la métaphore du ciel,
    Elle ouvre de nouveaux horizons :°)
    Bon ouikende,
    & Bise de bonne journée !

  6. Mumu la Grenouille dit :

    La langue française est une langue VIVANTE, ce qui veut dire qu’elle évolue, se transforme; il y a des "naissances " de mots qui sont parfois un peu durs à "digérer", par nous, les anciens !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s