Ma nature

Je l’entends qui m’appelle à travers les murs de la maison
Son odeur s’étire jusqu’à me faire perdre la raison
Elle me dit de trouver la force d’affronter mon hiver
Et d’attacher s’il le faut mon bras en bandoulière

Elle me dit que mon temps je l’ai perdu dans chaque hier
Où je n’ai pas mis mes pas sur la mousse ou dans la terre
Où j’ai donné trop d’importance à de vulgaires faits divers
Et sclérosé mon âme dans des obligations mensongères 

Elle me dit qu’il est temps pour moi de peindre l’essentiel
De reprendre ma place entre la terre et le ciel
D’imprégner mon esprit des odeurs qu’elle distille
Et de cesser de geindre sous un aspect fébrile 

Alors bientôt je sais que je reprendrai courage
J’irai à travers champs et par-dessous les ombrages
Saisir l’immense chance d’imprimer mes pas éphémères
Dans des jardins secrets qui n’ont pas de barrières

Publicités
Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Douleur ô ma douleur

J’avais presque oublié la sournoise présence
Que tu poses à tous ceux qui t’abritent malgré eux
Et les rappels constants à leur misérable existence
Et le peu d’empathie que tu soulèves aux teints creux 

J’avais presque trouvé normal d’avoir un corps alerte
Au miracle du hasard qui me trouva la bonne recette
Et que j’ai beau chanter sur tous les toits personne n’écoute
En mon pays prophète chaque parole me déboute

Douleur ô ma douleur tu transites à nouveau par ici
Et j’ai changé mon sourire pour une tête de pluie
Et j’évite de donner des réponses longues aux questions
Exprimer les outrages renforce leur perception

Si je t’ignore de ma superbe au moins la plupart du temps
Le soir fantôme tu te diffuses comme un monstre rampant
Les nuits deviennent de longs tunnels noirs sans issue de secours
Le repos un vague rêve que l’on poursuit jusqu’au jour

Aussi ce matin à la lumière levée avant moi de son lit
Le réveil m’a surpris comme en faute d’avoir fait un oubli
Tu commences tes bagages c’est l’heure de ton repli
Je me sens bien plus forte et c’est toi qui faiblis

Publié dans Non classé | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Moments Musicaux

001

A cheval sur les graves roule un tram en plastique
Une main de lutin le conduit par-dessus les obstacles noirs
Parfois il me manque une note inaccessible espoir
Parfois il s’en crée au hasard d’une formule magique

Il faut savoir partager le terrain avec les petites personnes
Avides de contacts de jeux et d’aventures
Et trouver le sens des retraits ou des ajouts qui résonnent
Le public est acquis si on lui laisse une ouverture

Ce soir alors qu’il n’y avait plus là que deux mains désolées
Je n’ai pas eu envie d’enlever le véhicule abandonné
Et je pensais à cette belle et magnifique journée
Et les Moments Musicaux étaient d’une indicible gaité

Publié dans LES LUTINS, MA VIE EN MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Tourner des pages.

Parce que je m’évapore entre deux mondes
La transe musicale sans enjeu et féconde
Et que l’énergie circule dans ce qu’elle attend de moi
Un tout petit geste au bon endroit

Parce qu’elle est obligée de loger sa confiance
Dans ce que je lis en même temps qu’elle
Dans le langage qui nous unit concentré d’universel
Dans mon geste sûr sans retard et sans avance

Parce que la foi dans le moment présent
Nous dispense des prières suggérées par le lieu
Que peut-être c’est ainsi être assis à côté de Dieu
Juste lui tourner les pages pour qu’il invente le vivant

Publié dans MA VIE EN MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Souhaits de guérison.

Il y a trop de gens qui chutent par devers leur plaisir
Trop de gens qui dérapent écorchant leur sourire
Il y a trop de gens qui souffrent passionnément
Ou qui tombent de scène un peu trop brutalement

Un pas dans le noir et commence le décompte
Des actes à éviter des passés à soustraire
Le temps est aux regrets à ce qu’on aurait pas du faire
Et la douleur physique n’est pas celle qui se raconte

La brulure est sur l’âme de métal en fusion
Terrible blessure sur l’objet de passion
Et chacun souhaite la guérison du petit être de fer
Qui métamorphose l’homme rien d’autre ne sait le faire

Publié dans MA VIE EN MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

La portée des mots.

Certains soirs les mots se reflètent
Sur des dorés ou des argents de fête
Se posent au coin d’un bois ou sur la peau
D’une caisse au son clair rebondissent sur le piano
S’échappent d’une bouche au sourire éclatant
S’entortillent dans des fils qui s’emmêlent au gré du chant
Certains soirs les mots sont plus forts que la douleur
Ils proposent à la vie des palettes de couleurs
Électriques variations subtiles de tons sur tons
Et l’univers vacille le temps d’une chanson
Comme s’il fallait parfois vivre avec son tempo
Une partition de vie sur un grand crescendo

Publié dans MA VIE EN MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Prendre rendez-vous avec un ivresse.

Pourquoi ne pas prendre rendez-vous avec une ivresse
Juste une gorgée de trop un verre secret qui laisse
Au fond de l’esprit sans gros dommage un voile
Un accès direct sur rêverie des étoiles

Une toute petite touche une aide à la magie
Pas une habitude juste un petit grain folie
Pour lisser les insolubles paysages acérés
Les rendre moins amers et beaucoup plus frappés

Mais il faudrait choisir le flacon avec apprêts
Le décor ne souffre pas les à-peu-près
Une flûte sans doute pourrait mener le bal
Transparente et sonore une alliée de cristal 

Elle réfléchirait en mille petits bouts de chance
Les lumières d’espoirs dans des reflets qui dansent
On porterait à bout de doigts cet univers vacillant
Et les bulles éclateraient  toutes ensembles en un chant

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Convalescence

Sous un dehors très calme bouillonne l’impatience
Un bout de corps tronqué par une grosse surprise
Rappelle constamment sa superbe importance
Au repos il s’endort mais le moindre geste l’électrise

Le cerveau se déchaine dans son coffre entrouvert
Tente un passage en force mais sans ménagement
L’épaule s’érige en juge et condamne aux dépens
Alors pour tromper l’ennui  l’outil pense à l’envers

Il se souvient du temps où chaque jour il posait en vers
Les détails les plus infimes d’un minuscule univers
Il s’offre en prime de narguer son propriétaire
Lui chuchotant à l’âme tu vois tu sais encore le faire

Publié dans Non classé | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Juste parce que le ciel est bleu ou gris
Parce que tu as les cheveux mouillés sous la pluie
Parce  que tu regardes le monde par un œil un peu vitreux
Qui en a vu d’autres et qui ne se laissera pas surprendre
Parce qu’au fond de toi c’est tout mou tout tendre
Une âme un peu fragile et quelques petits bleus
Juste parce que tu traînes une carcasse qui te fatigue
Et que tu voudrais qu’elle soit encore un peu ci un peu ça
Juste parce que ton œil s’allume lorsque quelqu’un t’intrigue
Et que tu bouscules un peu l’habitude pour décoder cela
Juste parce que tu dis en peu de mots ce que contient le monde
Et que cela suffit pour faire vibrer de fascinantes ondes
Juste parce que tu marches d’un pas lent et solide
Une habitude sans doute prise dans les attentes entre deux prises
Et que la moindre poussière qui vole dans la lumière te grise
Dans le silence d’une maison que j’imagine un peu vide

Publié dans Non classé | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Nous avons en tête une affaire

Tromperie volerie il est dit qu’il est bon d’avoir
Des femmes avec soi pour faire le grand soir
Mais cette  fois je ne lâche pas mon espérance
Je sens que se profile au loin mon jour de chance

Car s’il allait toujours de soi
Qu’avant l’amour passe le devoir
Il faudra pourtant cette fois
Vous passer de mes pouvoirs

Je me hâte vers l’amour ou vers ma fin
Ne comptez pas sur moi je dois vous décevoir
Libre et rebelle je choisis mon destin
Car je suis amoureuse vous devez me croire

Publié dans Non classé, VOUS M'AVEZ DEMANDE D'ECRIRE | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Lire vos yeux océans.

Posés au fond de vos yeux océans
Pierre brillantes et coquillages géants
Quelques rêves échoués sur des marais navrants
Une vague grise monte s’écume et s’effiloche
Sur le pas d’une grotte pavée de doubles croches
Mais il se fait déjà l’heure de nager plus avant
D’oublier les nuages qui obscurcissent les ciels d’azur
Et de nous évaporer ensemble sous une voute plus pure
De nous laisser porter dans le sens du courant
De diluer nos larmes dans des pluies de printemps
Car l’avenir appartient à ceux qui soulèvent du bonheur
Un chemin nous y mène passant très près du cœur

Publié dans MA VIE EN MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Quand l’âme fatiguée devient un arbre sans écorce…

Quand l’âme fatiguée devient un arbre sans écorce
Un corps sans peau dans un univers sans limite
Un son confus qui vacille ou se renforce
Une pelote d’idées obscures qui se délite

Quand l’unité s’étale par terre en confettis souillés
Et qu’une sournoise fatigue empêche de balayer
Devant la porte les petits êtres éparpillés
Il n’est jamais trop tard pour faire un pas de côté

Rassembler son courage reprendre le pinceau en main
Et repeindre en scintillant le sournois quotidien
Reprendre la lecture du monde avec des yeux agrandis
En sautant une page pour chasser au besoin les perfidies

Desserrer peu à peu l’étau qui nous maintien dans le système
Trop près ou trop loin des gens qui nous aiment
Et rattraper les retards avant qu’ils ne nous égrainent
Et prononcer les paroles même celles qui nous gênent

Regarder nos ivresses dans les reflets des coupes
Ne pas hésiter à se servir d’une loupe
Compter et recompter tous nos petits bonheurs
Les étaler au rouleau pour qu’ils prennent de l’ampleur

Publié dans Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

Après que tout soit rangé…

Après que tout soit rangé dans de larges valises
Que le sommeil s’installe à nouveau sous les pierres
Glissant sur le chemin parée de toutes vos bises
Je rentre en mon royaume vos cœurs en bandoulière

Je me sens une reine car vos sens ont tressé
Des myriades de notes dont ma tête est couronnée
Je suis riche des sons que vous m’avez donnés
Et plus riche encore de ceux que j’ai pu partager

Je sens encore la volonté qui traque les parcelles d’énergie
Ton corps contrôlant mes moindres désirs d’inertie
L’ultra présence au contact d’Alexy
Qui force la rivière à sortir de son lit

Je revois ton œil Arlette qui donne en un quart de seconde
Des conseils avisés plus que n’en contient le monde
Et ton cœur posé si près du son qui s’élève
Qu’il pourrait s’envoler lorsque tes bras se lèvent

Je revois la couleur brillante de cette aura commune
Le nombre n’y est pour rien nous ne sommes qu’uns et qu’unes
Le ciment qui nous scelle dans cette projection
N’est qu’amour sourire son et profonde passion

J’ai envie tout suite là à l’instant de reprendre l’ouvrage
D’ajouter un détail de travailler encore enfant sage
Pour qu’entre vous est moi règne toujours de belles images
Plonger mes yeux dans les vôtres sans regarder ma page

Car c’est bien là que se trouve la récompense
La parole qui circule sans barrière et sans orage
Le discours libéré  de ses petits outrages
Encore quelques efforts et je saisis ma chance

Publié dans MA VIE EN MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Bonne et heureuse année 2018

Voici le petit exercice qui revient chaque année
Le temps tourne comme les ailes d’un moulin
On était aujourd’hui et c’est déjà demain
C’est déjà l’heure des bilans des espoirs et des regrets

Dans les fils enchevêtrés de nos relations particulières
Il a ceux que l’on tire ou que l’on traine
Et ceux qui passionnément nous enchainent
Et nous obligent à franchir de nouvelles frontières

A toi qui se trouve au bord d’une de ces ailes
Qu’elle soit côté lumière ou côté tunnel
Je suis venue te dire combien tu fais partie de ma vie
Et que chaque petit instant avec toi je les apprécie

Je passe juste un peu comme le courant  d’air
Formuler quelques vœux pour une année entière
Ton café est prêt et mon cœur probablement grand ouvert
Prêt à canaliser tes joies tes peines et tes grands mystères

Un an c’est peu mais c’est beaucoup
Nous allons tous ensemble construire un peu de doux
Poser les sons de nos âmes un peu partout
Et décorer le monde de nos airs les plus fous

Nous allons respirer l’air au creux de paysages
Simples et sublimes comme le sont nos images
Et marcher sur la terre dans la mousse et dans l’eau
En soufflant en riant en parlant même s’il ne fait pas beau

A toi famille ami connaissance ténor ou soprano
Qui parfume ma vie des tes plus belles essences
Que la nouvelle année soit bonne n’a que peu d’importance
C’est nous qui décidons comment la prendre au mot

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Je garde par devers moi quelques phrases un peu légères
Quelques pensées désintégrées par de sourdes colères
Qui n’ont pas eu l’air de remuer un cil une paupière
Et qui m’ont ravagées comme peu de gens peuvent le faire

Je garde par devers moi la mauvaise inspiration
Les mots à l’envers qui font une drôle de respiration
Je me consume en non-dits en paroles silencieuses
Face de lune comme une grosse marionnette rieuse

J’attends que l’heure du calme arrive et qu’elle balaye
Devant sa porte j’attends mon rêve ma joie l’abandon qui libère
L’indifférence pour boire une nouvelle idée qui me désaltère
Profondément avant d’inscrire définitivement je raye

Que cette plume aux facilités douteuses au travail sans trêve
Reste belle et brillante et tintée des lumières où elle trempe
Un peu de temps en temps pour se remplir et tracer ses estampes
Et qu’elle vous porte à travers mots doucement vers ce qui s’élève

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire