Le vol du Dragon.

Glissant comme un oiseau au travers des nuages
Aucun élément tu ne crains tu traverses les orages
Aussi précis qu’une flèche de l’arc d’or
Écailles serrées et crête tendue sous l’effort
A la recherche d’un autre ciel avalant des éclairs
Un souffle de braise s’évanouit dans ton sillage
Et tu plonges dans un abîme sur un dernier virage
Frôlant sans prendre garde d’immenses parois de pierre
Majestueuse créature le ciel est ton jardin
Ton vol est une danse une musique un céleste refrain
Et dans tes yeux de miel se reflètent des paysages
Qui défilent et se déroulent comme un film d’images
Franchiras-tu les portes des mondes fantastiques
Pour venir déployer tes ailes dans nos rêves magiques
Percer de tes pensées les fébriles carapaces
De nos êtres fragiles qui ont oubliés ta noble race

Note de l’auteure : Librement inspiré de la Musique de Laurent Bômont.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La roue tourne…

La roue tourne cerceau de feu
La lumière passe à pas confidentiels
Et sous l’ombre glisse tout un rayon de miel
Qui soulève à peine les paupières des petits yeux

Le jour s’étire en longueurs vermeilles
La lune sort à peine de son sommeil
Tout s’accorde et s’enchaine à merveille
Il se prépare une tendre et douce veille

Miroir mon beau miroir d’obsidienne
Ne cache pas dans tes toiles arachnéennes
Des avenirs tranchés ou  des périls glaçants
Dessine des étoiles pour les rites de printemps

Chante oiseau de cœur pour ne pas faire mentir
Les sortilèges qui s’écrivent à fleur de neige
Travaille en chœur le chant qui les fait aboutir
Et s’élever aux cieux comme de doux arpèges

Enchante-moi comme aux temps des cercles
Quand comptaient pour sacrés les alignements célestes
Quand étaient pesés si finement les moindres gestes
Et les bouches scellées sous de puissants couvercles

Publié dans CULTURE CELTE, GAIA | Tagué , , | Laisser un commentaire

Bonne et heureuse année 2022

Il n’y a pas un mot de regret
Pour les promesses des années passées
Tous les souhaits joliment ficelés
Étaient de bien jolis jouets

Non il n’y a pas d’amertume
Quand on se penche en avant
Les belles courbes des plumes
Sont toujours portées vers le vent

Toi qui a serré une main un cœur ou des mots
Comme on berce un enfant sans savoir vraiment
Lequel des deux porte l’autre plus haut
Tout s’est collé à ton âme comme un aimant

Et toi qui passe ici ou là dans la vie
Pour un regard ancré ou donner ton avis
Sur ta bouche ourlée de perles blanches
Vivent des dentelles aux feuilles de tes branches

Mais voilà revenu le temps de souhaiter des bonheurs
Alors à chaque instant goûte avec moi le meilleur
Et toujours et encore tant que tout nous sourit et nous porte
Je voudrais que le nouvel an un peu de toi m’apporte

Au cœur des promenades le doux son de tes pas
A l’heure du repos les temps de partage et les repas
Au chant qui se propage la musique du cœur
Qu’elle se déverse en nous comme une douce liqueur

Merci à toi qui papillonne dans l’espace
Merci à toi qui à peine venu part sans laisser de trace
Merci à toi qui tricote des rêves éveillés
Merci pour les navires qui ont appareillé

Oui c’est bien à toi que je parle lecteur assidu
Toi qui en silence professe tout ce qui est attendu
Et c’est pour toi que je dépose ici mes vœux les plus chers
Afin qu’ils pénètrent lentement tout au creux de ta chair

Publié dans Non classé | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Un place dans le néant.

Parfois je rêve que mon corps se modèle
A la taille des étagères de poulaillers
Une place dans le néant m’appelle
C’est pour elle que je voudrais être taillée
Et ne pas connaitre tous ces pauvres acteurs
Qui ne délivrent aucun de leurs rôles par cœur

Peut-être qu’une vitre sans tain une cabine un nuage
Me permettrait de voler hors des radars de cet aréopage
Peut-être qu’un livre plus grand un casque plus enveloppant
Laisseraient accessible la source sans craindre les pieds des géants
Car je sens sur mes ailes de petites odeurs de fumée
Et la raison me dit pour vivre heureux vivons cachés

Publié dans Non classé | Tagué , , | Laisser un commentaire

Lune des maïs

Le miroir de magie tout rond ce soir brille et luit
Veilleuse enfichée dans la prise d’un mur de l’univers
Tu dessines les contours des sombres mystères
Qui tremblent sur la terre quand le soleil s’enfuit

Tu apportes à mes pas une pulsion régulière
Elle vibre au bord du cercle tracé dans la poussière
Distribuant des traits de ciel comme s’il en pleuvait
Élevant les âmes les cœurs et les étendues salées

Ton aura déborde un peu sur la nuit qui s’efface
Quelques étoiles pudiques te cèdent un peu de place
Les jardins enchantés lèvent le voile sur de petits secrets
Et les sortilèges se livrent sous emballages discrets

Publié dans Non classé | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Lire partout.

Les feuilles se tournent et délivrent leurs lueurs scintillantes
La pensée secrète s’éveille et pour moi seule traverse le temps
Les messages d’amour arrivent toujours au bon moment
Et rien d’autre ne pénètre mon monde sans impatience

Car je connais le temps qu’il me reste avant toute chose
L’attente est un cadeau une vacance salutaire pause
Et cette nourriture est aussi douce qu’au milieu d’un silence
Le mouvement de la foule est une insignifiante danse
Le bruit je ne sais pas ce qu’est le bruit
Mon abandon se trouve dans la lumière qui fuit

Publié dans Non classé | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Premiers airs.

A la fin de l’interminable désert de silence
S’élève somptueuse la résiliente demeure
Mi-château mi-chapiteau d’éloquence
Et les premières mesures visibles par cœur

Et les chemins tordus qu’empruntent les mille voies
Sont comme des avenues aux cortèges de rois
Ô te voilà temple de beauté communion suprême
Et j’ai la face perlée et les joues toutes blêmes

Les premiers airs font mal en bordant les absences
Le gouffre touche sa limite et borde son inconsistance
La joie profonde et lourde écrase mes impertinences
Et la prison de vide n’a pas encore tiré sa révérence

Publié dans CARNET DE MUSIQUE | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Fins de silences.

Ombres en camaïeu de roses se déployant aux coins des lèvres
Une bulle s’élève et se jette aux travers des courants d’airs
C’est peu mais suffisant pour attraper au vol la fièvre
La folie des fins de silences et des sonorités particulières

Un peu de vent souffle sans venir d’aucun Nord
Sur l’angle de ta bouche où naviguent des croches oubliées
Quelques sons échappés du chaos ont le drôle de sort
D’être notes mal peignées à peine réveillées toutes déguenillées

Mais après quelques pas quelques subtils mouvements d’ailes
Elles s’élèvent enfin  à la recherche d’hypothétiques arcs-en-ciel
Sur les feuilles des arbres se gravent en filigrane des chants d’oiseau
Et leurs branches se rêvent toutes sous tes doigts et taillées en biseau

Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Brin de muguet

Entre trois arbres verts et un bout de sentier
En sa saison sans se perdre en obscur panier
Il reste planté à profiter là de la douce clarté
Du silence immobile entre deux chants d’oiseaux
D’un bruissement subtil l’écoulement d’un ruisseau
Et je ne souhaite pas sa fin le laissant profiter
D’un peu de vie jusqu’au prochain promeneur
Et s’il a de la chance de beaux jours de senteurs
Et pour le protéger camouflant sa demeure
J’ai érigé pour lui en quelques feuilles un petit mur
Tailleur sauvage d’écologiques armures
Pour qu’il sème longtemps ses plus belles odeurs
Ne nous désigne pas tous comme d’obstinés cueilleurs

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Quatuor.

C’est presque une licence
Un geste insensé et son effervescence
C’est bon comme un jour de chance
C’est doux comme une renaissance
C’est une petite fabrique de sons ouverts
Des instants de musique et mots divers

Ça parle au sang qui porte la nouvelle au cœur
Ô son en transhumance tu es le pourvoyeur
D’un espace de lumière en cage de verre
Tu t’échappes sans malice à travers mon hiver
Tu chantes comme le pinson au fond de mon jardin
Tu dis la nuit bientôt finie et rendez-vous demain

Publié dans CARNET DE MUSIQUE | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2021

Comment semer dans le chaos qui nous chahute
Des milliers de graines libres et vives à pousser
Faire fi de ce long couloir sombre qui nous préoccupe
Et laisser comme avant nos profondeurs s’évaporer

Quel oiseau de mauvais augure souhaiterait là tout de suite
Jeter des vœux sur les blanches figures de nos rêves évaporés
Car c’est avec lenteur que va s’engager la longue poursuite
De nos quêtes inassouvies de nos espoirs abrogés

Alors je me tiens au pied de mon sapin sentinelle indéfectible
Et ses décorations brillantes reflètent mon argenture trop silencieuse
Chaque lueur est un rêve scintillant une expression broussailleuse
De champs hypothétiques où les rencontres seraient enfin possibles

Alors je dépose dans une hotte conceptuelle des créations obscures
Des temps perdus des projets avortés toutes ces  structures
Qui demandent de guerre lasse la décompression d’un tout petit air pur
Un point de départ sur l’horizon lointain pour surgir à l’aventure

Mais marchons ensemble sur toutes ces choses qui se sont écroulées
Sans trop penser à l’avenir impalpable pour ne pas être déroutés
Dessinons parfois le meilleur ou écrasons un soupir quand fuit la volonté
Et si l’an neuf court après son délire la force commune nous dira de l’affronter

Il n’y a pas à s’en faire nous n’en sommes pas au premier mirage
Tant de choses nous ont chavirées ce n’est pas notre premier naufrage
Éparpillons des milliers de petites chances barbouillons mille et un projets
Et n’en réaliser qu’un seul serait comme le diamant pur un magnifique objet

Alors s’il n’existe qu’une issue à cette écriture formulons donc du fond du cœur
Comme au début de chaque ouverture quelques phrasés invitant au bonheur
Pour le temps où se  croiseront de nouveau les sifflets des mésanges
Les paroles fraîches les mots susurrés les notes affranchies  les échanges

Pour le temps où l’esprit ne sera plus logé entre deux mauvais courants d’air
Pour les repas joyeux les jeux d’ensembles  les communions à ciel ouvert
Orchestrons tous savamment nos vies autour d’une idée fixe et salutaire
Vivre une bonne et heureuse année car toujours vient le printemps après l’hiver

Publié dans Non classé | Tagué , , | Laisser un commentaire

Bureau

Je ne sais par quel bout prendre l’ouvrage
Ranger cet espace reflet de mes orages
Une boite d’aiguilles pour les raccommodages
De l’âme du cœur ou de menus travaux
Une pile de livres ouverts sur diverses pages
Qui sont autant de portes vers mes idéaux
Une règle fanée qui ne donne plus de droite
Un éclair de génie négligemment abandonné
Comme des coquillages béants de multiples boites
Dont on devine à peine ce qu’elles ont amené
Quelques dizaines de disques soigneusement rangés
Se moquent des errances lascives des autres objets
Privilège d’appartenir à des oreilles attentives
Plus précieux que les bijoux qui se sont envolés
Des tours incertaines vacillent sous les assauts répétés
Des chercheurs de factures ou de bulles fugitives
Ne trouvant rien d’espéré dans ce milieu hostile
Ou peut être une surprise dont on admire le style
Au milieu des vapeurs de mes aérosols
Nage parfois une flûte en ut et une autre en sol
Des parfums de fleurs de coton aux brumes de Saint Laurent
Le bazar dégage des effluves de Grasse ou d’ailleurs
Semant des traces de mon passage aux quatre vents
Et sur les partitions qui se posent entre deux coups de cœur
Mais je voudrais avoir parfois ce don de la tête carrée
Et phantasme penser à remettre les choses à leur place
Ranger une feuille après l’autre sans laisser ma trace
Mais les nombreuses tentatives se sont toujours égarées

Publié dans Non classé | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Espérances

Car au bout du chemin se tiennent en ronds
Les silhouettes vacillantes des promeneurs
Et que dans mon souvenir les espaces sont
Le royaume solitaire de ma forêt intérieure
Je ne vais pas au bout du chemin je diffère
A des heures meilleures mon droit à la jouissance
Je contiens en ma coquille la sublime colère
L’impuissante résignation devient mon essence
Heureusement quelques amis aussi souffrent
Et leur douleur normalise mes frustrations
S’ils me comprennent je peux encore par fusion
Ficeler ma liberté dans de sombres compensations
Entends-tu lecteur le cri silencieux qui s’échappe de ma plume
As-tu vu les notes et les mots s’envoler avec amertume
Sais-tu que plus rien n’est à sa place
Au fur et à mesure que les priorités se déplacent
Je perds pieds dans mes choix essentiels
Je m’enfonce inutile et sans espoir dans l’absence
Les arbres sans terre s’évaporent créations artificielles
L’inutile substance condamnée ridicule la fertile semence
Mais j’espère encore entendre ce qui toujours me nourrit
Je rêve que mes grands bras s’ouvrent pour y blottir mes amis
Et que leur jeu m’emporte sans peur comme dans l’autre temps
Et qu’aucune vapeur assassine ne s’échappe de mon cœur d’argent

Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Une vague après l’autre…

Une vague après l’autre et jusqu’à boire tout l’océan
Écume de chagrin coquilles amères j’ai faim
J’ai faim de tes promesses de tes pas de géant
De ton bouillon salé aux suaves parfums


J’ai faim de larges allées qui mènent vers l’ailleurs
Sans qu’aucun interdit ne vienne de son air railleur
Dessiner des limites à mes insouciantes escapades
J’ai faim de lourds brodequins et de légères galopades


J’ai faim des broderies et des dorures de mon royaume
De tous ces lieux où figure souvent plus de terre que de ciel
D’infiniment profondes vibrations au cœur de l’essentiel
De la terre argileuse et pourtant féconde en ses divins arômes


J’ai faim de ces notes naïves qu’on jetait à foison
Dans ma récolte tardive j’en mangeais plus que de raison
Et plus j’en partageais plus il n’y en avait encore
On aurait dit que nous possédions ensemble tout un trésor


J’ai faim de mes amitiés qui s’échouent dans des îles désertes
Dont quelques éclats de rire ont du glisser dans des angles morts
Virtuellement nous sommes toujours collés cœur à corps
Mais pieds et poings liés et la bouche couverte

Publié dans AILLEURS, CARNET DE MUSIQUE | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

A bout de dent

J’ai dit tes mots à bout de dents
Patiemment tendrement
Comme on transporte gentiment
La dernière couvée dans un endroit sécurisant

Je les ai laissés s’envoler dans le vent
Comme si tu étais encore vivant
Et qu’ils traversaient le temps
Pour témoigner de cet amour encore présent

Et la rivière calme fut un lac étonnant
Les collines des montagnes consciencieusement
Et le temps suspendit son vol longtemps
Et tout finit par dire ils ont aimé vraiment

Publié dans Non classé | Tagué , , , | Laisser un commentaire