113166

IMG_0375

De quel bois est-il fait celui qui peut poser ses lèvres
Sur ta bouche d’argent sans sentir ton cœur fragile
Cet être pour qui tu n’es qu’un instrument un peu mièvre
Une addition de sonorités futiles ou malhabiles

Je le guette d’un lointain espoir celui qui dira
C’est moi je l’ai elle n’était finalement pas loin de toi
Tu peux venir la chercher quand il te plaira
J’en ai pris soin comme si elle était à moi

J’ai fait résonner son corps de couleurs d’automne
J’ai marché avec elle sur des tapis de notes en fleur
A chaque parole c’est moi en elle qui sonne
Mon âme est un métal qui conduit la chaleur

Publicités
Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Mimsie s’est égarée.

Tu m’as l’air d’une fille bien facile
Pas fragile pour deux sous une bouche précieuse
Un peu lourde pour mes raideurs furieuses
Et tes clés remontent vite tu es bien agile 

Mais d’un regard et avant de t’examiner de près
J’ai su que tu n’étais pas une de mes belles argentées
Nous n’avons pour l’instant aucun point en commun
Notre avenir est un chemin plus qu’incertain

Celle que j’aime est bien plus fragile
Ses échos débordent souvent en harmonies sauvages
Je me bas avec elle pour obtenir sans outrage
Une ligne que je voudrais unique et docile

Le chant qu’elle prononce appartient à ma voix
Les plaintes qu’elle émet sont mes chemins de croix
Elle connait la chaleur de mon souffle dans son cœur
Elle sait la vérité sur chacune de mes humeurs

Mais elle a pris la clé des champs et s’est livrée
A d’autres mains que les miennes moi qui ne la laisse jamais
Répondre à d’autres sollicitudes à quelques exceptions près
Le ciel est maussade un bout de mon âme s’est égaré

Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Nos maisons sont de fragiles mémoires.

Les champs de ruines noires nous rappellent
Que les bascules penchent toujours d’un côté
Ou de l’autre au gré du vent et que s’emmêlent
Dans les tourbillons de flammes et de fumées
Les souvenirs précieux les instants de bonheur
Bâtir des certitudes sur des idées à demeure
C’est donc construire son avenir sur des leurres
Tout peut toujours s’envoler dans l’heure
Nos maisons sont de fragiles mémoires
Elles nous contiennent beaucoup moins bien ce soir

Publié dans CHAGRINS PARTAGES, Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Magie sous le temps pluvieux

Bercée par des relents d’automne
Un peu de vent mais pas trop
Un peu de froid juste ce qu’il faut
Odeurs divines compotes de pommes
Bûches enlacées par des flammes bleues
Comme un chat qui ronronne
Il y a de la magie sous le temps pluvieux
Malgré le quidam qui se renfrogne
Tout parait moins bruyant ce matin
Les feuilles tombent avec délicatesse
Les visites se reportent sans doute au lendemain
Il reste un peu de temps pour cajoler nos paresses

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Pause

Le temps s’est invité sur une grande pause
Farniente bienvenu absence de petites choses
Et de grands projets à faufiler au coin de la cheminée
Ce ne sont que quelques heures de rien abandonnées
Au hasard d’un dimanche gris et maussade
Un rêve d’opportunités à décortiquer comme une noix
Un bonbon à sucer lentement avec toujours le choix
De croquer peut être et me voilà coincée en embuscade
Entre deux rythmes l’un lunaire et qui appartient au passé
Et puis le grand soleil à venir mais pour l’instant je me repose
Je tresse du néant avec beaucoup d’application et j’ose
Afficher au grand jour l’indolente et profonde vacuité
Ce soir peut être il y aura un peu d’activité
Car l’ouvrage n’est jamais trop longtemps délaissé
Mais pour l’heure j’habite à la rue des notes envolées
Au quartier du repos une maison silencieuse et isolée

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Le champ des possibles…

Le champ des possibles est un paysage sans borne
Un lieu où tu te trouves comme un sou neuf éclatant
A ton chant végétal se mêle mes espoirs tu ris à pleines dents
Tu dissous les brouillards et les reflets d’ombres mornes

J’ai la force de te porter sur mon dos toujours et en tout lieu
Aucun autre objet du monde n’est à ce point si précieux
Seulement quelques mètres carrés te sont nécessaires
Pour traverser mes rêves et créer tout un univers

Je t’aime un peu beaucoup passionnément à la folie
Connectée par le cœur et les mains à tes accents polis
De tant de temps passé en travail et en caresses
Je vibre à l’unisson j’ai retrouvé ton adresse

Je n’y croyais plus et voyais comme une passade
Cette réconciliation d’hier encore une si fragile
Mais tu m’as récité d’un langage doux et habile
Et tu as supprimé les douloureuses glissades

Pas d’objectif entre nous que cette union libre
Nous laisse toujours goûter ce joyeux équilibre
Et que les témoins qui nous aident à nous connaître mieux
Distillent autour des nous des notes en camaïeu

Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Un partage.

Il n’y a pas si longtemps c’était encore mon tour
De me laisser porter par les petits détours
Que faisaient les amis derrière mon pupitre noir
Pour apporter leur aide bienveillante et notoire

Qu’il était difficile de nager dans des marais piégeurs
D’essayer d’apprendre en sublimant les erreurs
D’accepter l’éclairage d’un regard différent
De saisir la main tendue sans se crisper en même temps

Alors c’est à pas de velours que j’ai parcouru la distance
Qui me séparait d’un ami et de ses souffrances
Pour résoudre avec lui un détail une bagatelle
Et que sa victoire  lui chante une chanson nouvelle 

Et j’ai reçu tellement dans cet élan de confiance
Que ce jour est marqué comme un grand jour de chance
Et j’ai appris ce que l’on doit à ceux qui nous écoutent
A n’importe quelle distance nous partageons la même route

Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Que fais-tu là ?

Visiteur qui passe sur ces mots tu m’intrigues
Que fais-tu dans ces champs de rimes artificielles
De fleurs qui poussent sans pieds comme des rebelles
A peine un message éclaté dans cette garrigue
La plupart du temps sèche et aride
Quel est la phrase qui t’emporte à la dérive
Les pointes de pensées les plus décisives
Que peux-tu deviner dans mes propos invalides
Brocanteur de mes sensations recyclées
Attrapeur de notes aux vents évaporées
Que reste-t-il des instants vécus ou imaginés
A l’instant où la dernière syllabe se trouve distillée

Publié dans Non classé | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Premiers Fa

Fa do sol ré la mi si
Sur une grande page blanche
Avec joie et beaucoup d’envie
L’archet rêve d’une main blanche

Si mi la ré sol do fa
Quintes justes et tout le falbala
Aucune crainte bientôt tu sauras
Rendez-vous dans quelques pas

Peut être que j’avais rêvé d’un duo
A mes débuts sans te connaitre
Peut être que l’onde réglée trop haut
N’a pas encore éclos et reste à naitre

Je t’attends juste là au coin de ce chemin
Demain quelques notes sur ton parchemin
Et au bout de ma flûte ou bien sur mon piano
Quelques morceaux de notes seront ton écho

N’ai pas peur de tomber lorsque le bateau tangue
Il y a pour s’amarrer les liens que d’autres nous tendent
Il sera si facile de se parler dans l’autre langue
Pour bien nous accorder il suffit juste que je t’entende

Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

Retrouvailles.

Un temps de libre pour poser les mains sur ta bouche blanche
Tous nos petits matins seront à nouveaux des dimanches
Comme s’il en pleuvait nos rendez-vous à l’heure où flanchent
Les insomniaques et les faiseurs de sommeils prolongés sont à l’affiche

Il y a peu de chances pour qu’en six jours le sentier soit devenu une friche
J’ai tout en mémoire le bon le mauvais ce qui est droit et ce qui penche
J’ai tout dans le cœur mon amour l’indicible joie et les vieilles rancœurs
Les notes douloureuses les sensibles les toniques et les accords majeurs 

Toute la matière secrète dont nous créons notre monde intérieur
Tenu caché secret sous des milliers de voiles de pudeur
Pourtant tu vois ton mi si mis à mal par l’âge qui te guette autant que moi
Me pousse parfois infidèle à tracer des sillons sur d’autres chemins étroits

Mais le bruit différent que font ces petits pas n’ont pas encore conquis mon âme
Et tu plais tant aux enfants qu’un sursis salvateur pourrait t’éviter le drame
Alors je te pardonne d’avance tes futures défaillances si tu acceptes encore
Le cliquetis que font les ongles trop longs et les petites mains chargées de trésors

Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Écouter chanter le monde

Aussi longue soit la distance parcourue je ne sais pas pourquoi
Toujours au pied du même pupitre mes pas me ramènent
Une toute petite graine d’expérience supplémentaire qui se sème
Porteuse de l’espérance d’un arbre géant à chaque fois

Je ne sais pas pourquoi les bras qui m’enserrent me renversent aussi
Projetant sur des années lumières l’incontournable nostalgie
J’en aurais presque mal là au centre de mon univers qui s’expanse
Si je ne savais pas aussi que demain tout tourne et tout danse

Je voudrais pour toujours tremper mes mains dans des sources fécondes
Sans que jamais ne s’arrête l’envie une seule seconde
Et que la vie entière soit une suite de concerts reliés par des rondes
Sans nul autre besoin que de jouer ou d’écouter chanter le monde

Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Veille de concert.

Elle est là vilaine petite sournoise qui se tapit dans l’ombre
Source de méchante humeur de regards déserts et sombres
Le repos la sagesse et tout ce qui remplit la vie de fadaises
Sera pour plus tard il est l’heure d’éradiquer le malaise
Et  demain il y aura vraiment de quoi la mettre à genoux
Quelques potions magiques qui pourront en venir à bout

Alors il sera temps de plonger le regard dans le regard directeur
Il n’y aura aucune angoisse ni manque malsain de douleur
Juste le vœu de déposer chaque objet au bon endroit
De caresser les reliefs de la matière en suspension dans l’air
Et de profiter de ce qui s’évapore au contact dans la joie
De capter le propos de chaque vent dans ses paroles éphémères
Chacun dans sa couleur organisée en mélanges savants
Le peintre a de longs doigts tu le reconnaitras il les tient en avant

Public si comme moi tu vibres dans tout accord fécond
Tu seras capturé par l’ensemble dans chaque vibration
Qui s’inscriront pour longtemps dans le creux de ton ventre
Et si ton cœur est pur il se pourrait qu’un peu de nous y entre
Si tu n’y prends pas garde en douceur et sans effraction
La musique unit ceux qui la font et ceux qui l’écoute sans distinction

Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Faim de silence

La faim d’un silence qui se prolonge enfle et grandit
A mesure nous faisons passer le temps jusqu’à le distordre
Pour un déménagement de notes il faut les mettre en bon ordre
Cela prend beaucoup de temps et fait beaucoup de bruit

Demain encore prisonnière de mes contraintes musicales
Je tenterai une échappée grossière vers mes rêves
Et l’œil agile ne me laissera pas même une trêve
Que lui importe que mes vers soient bancals

L’objectif commun est en principe un but sacré
Berlioz es tu là pour apprécier mon don de liberté
Plus tu approches et plus je me sens attachée
Sur cette chaise où tu me nargues par accents interposés

Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Nostalgie

001.JPG

Je n’ai pas assez couru pas assez parcouru
Les chemins pas assez trempé les pieds dans des rivières
Fait le tour des étangs sauté par-dessus des barrières
Pas assez frotté dans l’herbe humide mes pieds nus

Je n’ai pas assez bu à l’aune des mes amitiés sincères
Pas assez profité des allées et venues des gens qui me sont chers
Pas assez tourné les pages de tous les précieux univers
Et encore moins rêvé pensé écris quelques vers

Promettez-moi que vous viendrez combler mon hiver
Et que nous grimperons encore et toujours plus haut
Que vous m’aiderez à freiner les murs du temps qui se resserrent
Pour tricoter ensemble de l’éphémère et des idéaux

Publié dans Non classé | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

En pèlerinage.

003

Entre deux paires de notes s’accroche à mon jupon
Une passagère inattendue à qui j’accorde trop peu d’attention
Toute prise dans mon rêve au fil des vagues qui ondulent
Sous les bras puissants de  Suzana Bartal qui nage
Dans une mer profonde et habitée de  tant de personnages
Le temps m’est compté autour de mon cou une grosse pendule

Pourtant elle est surprenante intéressante et pleine d’interrogations
La musique semble lui être une bien tardive révélation
Et ses pas dans les miens un hasard qui finit par ne plus m’étonner
J’ai trouvé dans mes bottes souvent de bien curieux sujets
Nous passons chez Brigitte le peu de temps qui nous est accordé
Entre deux paysages ourlés de propositions fortes ou raffinées

Et je retourne très vite me caler derrière le pilier d’un édifice
Qui enregistre ce jour d’incroyables prières pour un merveilleux office
Saluant au passage et à toute vitesse un ami qui parait très occupé
Pas besoin de courbettes il sait pourquoi je suis pressée
Dans mon sac une adresse à laquelle j’accorderai de l’importance
Le destin m’a désigné quelqu’un  c’est peut être encore une chance

Publié dans CARNET DE MUSIQUE, Non classé | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire